[SXSW] Edward Snowden lance un “appel aux armes” à la Silicon Valley lors d’une réunion secrète

Sur le web

Par Elodie le

Comme l’année dernière, Edward Snowden a fait une apparition remarquée au festival South by Southwest (SXSW) à Austin au Texas. Pas d’apparition publique cette année, mais une conférence sous embargo devant quelques chefs d’entreprise, acteurs dans la sécurité et de la vie privée sur Internet. Une réunion sous embargo jusqu’à sa fin Sa prestation par […]

Comme l’année dernière, Edward Snowden a fait une apparition remarquée au festival South by Southwest (SXSW) à Austin au Texas. Pas d’apparition publique cette année, mais une conférence sous embargo devant quelques chefs d’entreprise, acteurs dans la sécurité et de la vie privée sur Internet.

snowden_sxsw_2015
crédits : Golden Frog

Une réunion sous embargo jusqu’à sa fin

Sa prestation par vidéo-conférence au festival SXSW le 10 mars 2014 signait sa première apparition publique sur le sol américain (derrière un écran certes) moins d’un an après le début des révélations sur l’affaire PRISM qui deviendra l’affaire NSA/Snowden.

Lors de cette conférence, devant un parterre de 3000 personnes conquises, il accusait la NSA de « mettre le feu à Internet » et désignait le public comme étant « les pompiers ».

Cette année, il s’est directement adressé à ceux en mesure d’éteindre ce feu qui ne semble pas près de se consumer, dans un contexte international de lutte contre le terrorisme où surveillance et sécurité nationale marchent main dans la main.

En effet, quelques privilégiés, dirigeants ou cadres de sociétés high-tech, dont Twitter, Golden Frog, Cisco, Cloudflare ou encore Evernote, ont pu assister à une séance de question-réponse restée secrète jusqu’à sa fin.

Comme le retranscrit The Verge, au cours de celle-ci, le jeune whistleblower réfugié à Moscou où il a obtenu l’asile politique, a appelé ces entreprises à lutter contre la surveillance de masse de l’agence de sécurité nationale. Un véritable « appel aux armes » pour le président de Golden Frog, Sunday Yokubaitis.

Au Monde, il explique que « Edward Snowden a demandé aux techniciens de trouver une solution à la surveillance ».

Un “appel aux armes” à destination de la Silicon Valley pour lutter contre la surveillance

Et cette solution passerait par toujours plus de chiffrement dans les communications afin de protéger la vie privée des internautes et citoyens. Un appel à ne pas écouter les sirènes du FBI, GCHQ et autres agences de renseignement ou politiques qui voudrait faire interdire ces méthodes ou imposer des backdoors légales aux firmes de la Silicon Valley.
Une faille dans laquelle des pays comme la Chine et la Russie s’engouffreraient avec joie pour Snowden. Pour lui, la technologie devancera toujours la politique et ses réformes.

En poursuivant cette entreprise de chiffrement des outils de communication, la surveillance n’en deviendra que plus coûteuse, car plus longue à établir, poussant ainsi les différentes agences de renseignement à restreindre leurs tirs vers des cibles clairement identifiées et non noyées dans une masse informe et pléthorique.

Cela augmente le coût. Chaque fois que nous augmentons les coûts, nous obligeons à des contraintes budgétaires […]. Nous espérons qu’ils commencent par surveiller la Corée du Nord, et qu’ils n’aient plus de budget lorsqu’ils arrivent dans l’Ohio.

Par ailleurs, Snowden a salué l’existence de systèmes de sécurité comme Open SSL mais regretté qu’ils ne perçoivent pas plus d’investissement de la part de compagnies et deviennent ainsi vulnérables laissant à la NSA le soin d’en exploiter leurs failles, à l’image d’Heartbleed.

Un retour aux USA conditionné à une “pression politique” et un “soutien public”

Concernant son exil en Russie et son souhait de revenir aux États-Unis, la solution passera par une « pression politique » et un « soutien public ».

[Le] gouvernement n’a pas ressenti de pression, ils ne se soucient pas des pétitions, ils ont besoin d’une pression d’un niveau supérieur. Ce n’est pas un problème légal, c’est une question politique.

Quoi qu’il en soit, Edward Snowden réitère : il n’a aucun regret. Si c’était à refaire, il le referait.

J’ai tant gagné.J’ai la possibilité de contribuer d’une manière beaucoup plus significative. J’ai vraiment le sentiment que j’aide à améliorer des vies. Ça me donne une raison de me lever le matin. Et c’est quelque chose que vous ne pouvez quasiment pas avoir autrement qu’en étant fidèle à des principes de conduite auxquels vous croyez fortement.

Source: Source