Le FBI critique les méthodes de chiffrement d’Apple et Google

culture geek

Par Elodie le

Le directeur du FBI a vertement critiqué Apple et Google pour leur nouvelle méthode de chiffrement de données sur iOS et Android. Une ironie savoureuse pour qui suit les péripéties des géants du web depuis les révélations de l’affaire Snowden/NSA.

FBI_vs_google_apple

Longtemps accusés d’être un peu trop laxistes concernant la politique de sécurité de leurs logiciels et appareils en tout genre, qui aurait permis aux diverses agences de renseignement américaines de profiter de ces backdoors opportunes dans leur traque aux terroristes sur Internet, voici que l’une d’entre elles, le FBI, leurs reproche de s’être trop bien appliqués dans leurs nouvelles méthodes de chiffrement.

Avec l’arrivée d’iOS 8, Apple présente une nouvelle politique de protection des données, désormais la firme ne stockera plus les clés de chiffrements de ses utilisateurs. La firme de Cupertino explique en effet qu’il lui sera désormais « techniquement infaisable » d’extraire des informations depuis un appareil fonctionnant sous iOS 8 et donc d’accéder aux demandes des gouvernements dont l’administration américaine. Avec Android L, Google proposera sur son OS l’activation par défaut du chiffrement des informations. Même si cette fonctionnalité était déjà disponible depuis des années, perdue dans les limbes des paramètres de configuration, celle-ci n’était que très peu utilisée.

Quoiqu’il en soit, le directeur du FBI, James Comey, n’est pas friand de cette nouvelle politique de protection des données. Devant plusieurs journalistes présents au siège du FBI à Washington, il s’est dit « très préoccupé » par ces nouvelles mesures :

« Je crois profondément en la loi, mais je crois aussi que personne dans ce pays n’est au-dessus des lois. Ce qui m’inquiète ici c’est que des entreprises puissent délibérément faire la promotion de quelque chose qui mette les gens au-dessus des lois ».

Il a annoncé que le FBI était d’ores et déjà en pourparlers avec Apple et Google afin qu’ils modifient leur politique de sécurité et brandit le spectre du kidnappeur d’enfant ou du terroriste qui pourrait passer entre les mailles du filet si les autorités ne pouvaient accéder à son terminal après l’obtention d’un mandat.

Pour le directeur du FBI, l’ère « Post Snowden » et les protestations des civils concernant la vie privée qui l’accompagne sont génératrices de conséquences imprévues et malvenues.

L’ère post-Snowden a déclenché une réaction compréhensible. Ceci m’inquiète, c’est une indication pour nous, en tant que pays, et en tant que citoyen, que cette réaction est peut-être allée trop loin.

Suite à la polémique déclenchée par les révélations d’Edward Snowden, les géants du web avaient fait front et vivement démenti avoir coopéré avec l’administration américaine. En juin, dans une lettre ouverte au Sénat ces géants réclamaient moins de surveillance mais plus de transparence afin de restaurer la confiance ébranlée des utilisateurs et citoyens du monde entier.

FBI_Google_Apple

C’est dans cette optique que la plupart publient désormais les stats correspondant aux demandes légales d’informations personnelles utilisateurs requises par les gouvernements, comme Apple ou Microsoft notamment. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que gouvernements et agences conservent encore quelques moyens pour mettre la main sur ces précieuses données de comptes utilisateurs.

Source: Source

14 réponses à “Le FBI critique les méthodes de chiffrement d’Apple et Google”

  1. A mon avis c’est juste un petit coup de pub, et les deux géants laissent toujours des backdoors.
    Mais il fallait redorer le blason des deux compagnies et endormir derrière.

  2. « Laissez nous vous espionnez ! Vous ne vous rendez pas compte ! Et si votre enfant était kidnappé par un psychopathe pédo-nazi ? »

  3. C’est bien l’adoption d’APPLE pour ce chiffrement qui embête le FBI,
    Chez Google il est possible depuis LONGTEMPS de chiffrer ses données avec une simple petite coche à activer…..

  4. Sur android ça dépend. J’avais un Sony et impossible de trouver l’option. Ils avaient tout simplement jugé bon de retirer cette fonctionnalité!

  5. « Ce qui m’inquiète ici c’est que des entreprises puissent délibérément faire la promotion de quelque chose qui mette les gens au-dessus des lois » Mais lol… le fait d’avoir une vie privée vraiment privée c’est quelque chose de hors-la-loi maintenant ???
    Non mais sans déconner qu’est-ce qu’il ne faut pas entendre… Mais pendez-le quoi 😡

  6. Honnêtement je n’y crois pas une seule minute… Il a juste dit çà devant les cameras pour rassurer les utilisateurs de Google et d’Apple suite a l’affaire Snowden qui a sali l’image de ses 2 grosses boites américaines.
    Ils ont toujours accès aux backdoor des 2 constructeurs et sont toujours capables de lire les mails et télécharger les selfies coquins des djihadistes.

    Et le pauvre Yahoo même pas cité :p

  7. Si le FBI trouve que c’est très sécurisé, alors ils vont troquer leurs blackberry contre des iphones et des androids, bien sûr on y croit

  8. Je comprends toujours pas le problème qu’on certaines personnes avec ça: sérieusement, vous croyez que le gouvernement et des milliers de petits subordonnés vous espionnent h24 pour se foutre de votre gueule? Ils s’en branlent de votre vie je crois.
    Tant que les demandes restent raisonnables et n’outrepassent pas la limite de la définition d’un état totalitaire, ça me va. Évidemment, il doit y avoir quelques dérives, mais c’est propre à l’homme. Que quelqu’un voit votre photo avec votre appareil dentaire a 13 ans et rigole un peu, on y survit.
    « Si l’homme a le choix entre la liberté et l’ordre, il choisira l’ordre ». Je suis pas non plus partisan d’un contrôle total de l’état, mais il en faut bien un peu, ça me ferait un peu chier que n’importe quel gus bodybuildé puisse me taxer n’importe quoi sous prétexte que sa droite est meilleure que la mienne (évidemment c’est un exemple extrême).
    Si vous devez gueuler, voilà peut être des sujets plus urgent (à mon sens, après chacun voit ses prioritées…):
    http://moutons.karma-lab.net/alimentation-ogm-9-des-parametres-vitaux-perturbes
    http://moutons.karma-lab.net/la-pauvrete-des-enfants-aux-etats-unis-explose-totalement-16-chiffres-choquants-a-vous-briser-le-coe
    Et les lobbys, les banques, entre autre…
    Si le devenir de vos données vous importe vraiment:
    1- Les foutez pas sur internet. C’est tout!
    Mais bon, ce régime de pensée doit être dans l’ère du temps et explique peut être le succès des réseaux sociaux: Croire que tout le monde s’intéresse à ta vie!

  9. « Je crois profondément en la loi, mais je crois aussi que personne dans ce pays n’est au-dessus des lois. Ce qui m’inquiète ici c’est que des entreprises puissent délibérément faire la promotion de quelque chose qui mette les gens au-dessus des lois ».

    Fake! il n’y crois pas a la loi, il ne la respect pas.

  10. @Ozonolyse
    Concernant ton dernier point, je ne suis pas sur les réseaux sociaux. Pourquoi ? Justement parce que ma vie privée n’a rien à faire sur internet. Bien sûr, elle passe malgré tout par des mails ou des appels téléphoniques, et je veux que ceux-là aussi restent privés.
    Pour les priorités que tu nous proposes, certes, ce sont des points importants. Mais si ce qui est important devait systématiquement passer avant ce qui nous touche, nous cesserions bientôt de manger ou de travailler, parce que c’est moins important que la situation de certaines personnes fortement défavorisées. Ce que je veux souligner, c’est que parce qu’une chose qui nous tient à cœur est moins importante qu’une autre, cela ne signifie pas qu’elle ne mérite pas notre attention.
    Tu nous proposes une citation, je rétorque par une autre. « Une société prête à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre et finira par perdre les deux. » Où est la liberté d’une personne lorsque les limites de cette liberté lui sont imposées par un état ?
    Enfin, tu dis que tu n’as rien contre la surveillance lorsqu’elle ne dépasse pas les limites du raisonnable. Je suis d’accord ! Et ces limites ont été plus que largement dépassée lorsque la NSA a décidé qu’il était plus simple de classifier chaque personne comme un criminel potentiel plutôt que de se concentrer sur les vraies menaces. S’ils s’étaient contentés d’espionner les suspects, personne ne se serait plaint. Mais lorsque des personnes totalement innocentes ont vu que leurs communications étaient surveillées, un mouvement s’est créé pour que les citoyens puissent protéger leur vie privée. Résultat, les criminels aussi en profitent. Bravo, NSA, en vous attaquant aux citoyens vous avez donné plus d’armes aux criminels et terroristes.

  11. Bah biensur c’est over crypté. Mais bon si la clé privé pour décypté vos données reste chez Apple, je vois pas de quoi devrait se plaindre le FBI…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *