Deux agents fédéraux accusés du vol de millions de bitcoins sur Silk Road

Business

Par Elodie le

Alors que l’affaire Silk Road a déjà tout du polar hollywoodien, un nouveau rebondissement vient épicer ce fait divers 2.0. Deux agents fédéraux ont été formellement accusés de corruption par le département de la Justice.

agents_accusés_détournement_bitcoins_silk_road

La route de la soie est décidément bien sinueuse. Après un procès sous tension, qui a vu le fondateur de Silk Road, Ross Ulbricht, être reconnu coupable de sept chefs d’accusation dont trafic de stupéfiants, blanchiment d’argent et entreprise criminelle, l’affaire semble loin d’être terminée.

Lundi 30 mars, le Département de la Justice a officiellement accusé deux policiers enquêtant sur les activités de Silk Road d’avoir, entre autres, détourné des millions de Bitcoins pour leur compte personnel, selon la plainte fédérale publiée les autorités.

Shaun Bridges, 32 ans, agent des services secrets (US Secret Service), aurait ainsi accédé à des comptes administrateur de Silk Road et réussi à détourner 800 000 dollars en bitcoin vers son compte personnel.

Pour cela, le département de la Justice affirme qu’il aurait transféré son butin sur un compte de Mt. Gox situé au Japon et qui a fait faillite en 2014. Il aurait ensuite effectué le dernier transfert de ses 800 000$ vers son compte personnel, quelques jours avant de participer à la saisie de 2,1 millions de dollars sur les comptes de Mt. Gox.
Mais ce n’est rien comparé aux charges qui pèsent contre son coaccusé.

Carl M. Force, 46 ans, agent spécial de la DEA (Drug Enforcement Administration) était infiltré au sein de Silk Road. Il aurait créé plusieurs identités numériques afin d’exécuter ses forfaits. Ainsi, sous couverture, il aurait mis son silence dans la balance contre 250 000$ en bitcoins, mais aussi proposé à Ross Ulbritch de le renseigner sur les investigations en cours en échange de 100 000$ en monnaie virtuelle.

ross_ulbricht_silk_road
Ross Ulbricht

La longue enquête effectuée par le magazine Society #1 sur « L’ennemi public n°2.0 », nous renseigne un peu plus sur le rôle joué par Force. En tant qu’infiltré, il communiquait régulièrement avec ‘Dread Pirate Roberts’, le pseudonyme utilisé par Ulbricht sur la plateforme selon les autorités. Sous l’une de ses identités, il s’est fait passer pour un vendeur de cocaïne à qui Dread Pirate Roberts aurait commandité le meurtre de Curtis Clark Green, 47 ans, « joueur de poker semi-pro la nuit et administrateur de Silk Road […] entre novembre 2012 et janvier 2013 ».

Pour faire croire à sa réalisation, l’agent lui a fait parvenir plusieurs photos mettant en scène la torture puis l’assassinat de Curtis. Des photomontages réalisés par la police afin de confondre Dread Pirate Roberts.
Tout comme son collègue, Carl Force est également accusé de détournement de bitcoins.

« Force a utilisé des fausses identités en ligne, et s’est engagé dans des transactions de Bitcoins complexes pour voler le gouvernement et ruiner les objectifs de l’enquête » affirme ainsi le Département de la Justice.

Accusé d’avoir commandité plusieurs meurtres, Ross Ulbricht a toujours nié. Lors du procès, la défense du jeune homme avait pointé du doigt les supposés contrats passés entre Ross Ulbricht et « ‘Redandwhite’ s’identifiant comme un membre des Hell’s Angels », nous précise le magazine Society. Moyennant 650 000$ pour 5 assassinats.
Pourtant, aucune victime n’avait été retrouvée et la police canadienne « n’aurait même pas réussi à trouver une trace de qui que ce soit portant leurs noms ». Society se demandant alors « Ross se serait-il fait arnaquer ? » Si oui, par qui ? L’un de ces agents fédéraux aujourd’hui accusés ?

Ces dernières révélations pourraient influer sur la sentence à venir ou encore valoir à Ross Ulbricht un nouveau procès.

Source: Source