Google dépose un brevet “anti-spoilers”

Cinéma

Par Elodie le

Mardi 7 avril, la firme de Mountain View a déposé un brevet “anti-spoilers”. La solution pour tous les spoliés de la terre ?

google_brevet_anti-spoilers

La multiplication des séries et des canaux de diffusion a modifié les habitudes des consommateurs. Certes. Certains en étaient encore à attendre les épisodes inédits de The Mentalist en France quand la série était déjà achevée aux États-Unis.
Le 13 avril, gageons que la toile va se faire l’écho du premier épisode de la nouvelle saison de Game of Thrones qui débute sur HBO. Se faire spoiler est la nouvelle crainte des séries addicts ou des cinéphiles.

Google pourrait peut-être venir à leur rescousse. En effet, la firme a déposé un brevet Processing content spoilers (gestion du contenu à spoilers). Comme l’explique Google, « au cours de la décennie, les réseaux sociaux sont devenus de plus en plus populaires. Les gens partagent fréquemment des informations (vidéos, messages, commentaires, photos, critiques de films ou de livres, etc.) avec d’autres utilisateurs sur un réseau social. Cependant l’information partagée par un utilisateur peut inclure des spoilers pour les autres utilisateurs. »
Afin de pallier le phénomène, Google a développé un système permettant de bloquer ce type de contenu à fort quotient spoliateur.

Ce système fonctionne avec différents modules : module de contrôle, module de suivi, module de détermination, module d’avertissement et module de présentation. En étudiant les données d’activités d’un utilisateur A, par exemple sa progression dans le visionnage d’une série, et les données publiées par un utilisateur B, ce système permettrait de déterminer si B risque de spoiler A. Dans ce cas, le module d’alerte « occulte » ces données de la vue de l’utilisateur A. Le dernier module l’avertit de spoil qu’il a évité.

Néanmoins, le souligne Pixels, rien ne dit que ce système anti-spoiler verra le jour “puisque Google ne développe pas systématiquement les technologies qu’il brevette“.

Source: Source