Chelsea Manning brise le silence sur Twitter

culture geek

Par Elodie le

Vendredi 3 avril, Chelsea Manning, incarcérée aux États-Unis, rejoignait la communauté de Twitter. Depuis sa cellule, elle raconte son quotidien carcéral et livre son sentiment sur ce qui l’entoure.

chelsea_manning_prison_twitter_profil

C’est par ces quelques mots que Chelsea Manning a pris la parole et fait son entrée sur Twitter. Toujours incarcérée dans sa cellule, où elle purge une peine de 35 ans de prison pour avoir, en tant qu’ex-analyste du renseignement de l’armée US, livré des milliers de documents confidentiels et de câbles diplomatiques sur les guerres d’Irak et d’Afghanistan au site Wikileaks, Chelsea Manning (ex Bradley) peut désormais communiquer avec le monde extérieur depuis sa prison, en 140 caractères. Pas de smartphones, tablettes ou autres terminaux de ce type.

Comme elle l’explique, non sans humour, « Twitter depuis la prison requiert beaucoup d’efforts, en utilisant un téléphone pour dicter. #90sproblems ». En effet, elle dicte ses messages à ses soutiens qui les publient ensuite sur son compte, @fitzgibbonmedia en l’occurrence, étant donné qu’elle n’a pas accès à Internet, comme l’a précisé The Guardian.

Dans ses premiers tweets, elle espère que son aventure sur Twitter ne se fera pas à « sens unique » et qu’elle réussira à nouer des « conversations » avec les internautes. Elle précise vouloir « tweeter aussi fréquemment que possible, selon un rythme quotidien ou hebdomadaire ».

chelsea_manning_prison_twitter
crédits : Peter yang

Il ne faut pas s’attendre à des révélations ou des revendications, Chelsea Manning reste très policée, remerciant ses soutiens et racontant son quotidien en prison.
Sur sa photo de profil, elle apparaît telle qu’elle voudrait être et telle qu’elle voudrait qu’on la voit, les cheveux longs, ce que lui refusent les autorités militaires. Cependant, depuis février dernier elle peut suivre son traitement hormonal pour devenir une femme, porter du maquillage et des sous-vêtements féminins. Changement de sexe dont elle fait référence jusque dans son pseudo « xychelsea ».

Dans l’entretien qu’elle a accordé au magazine Cosmopolitan (par lettres interposées), elle décrit son enfance, son parcours, son passage au sein de l’armée et son combat pour que les autorités lui accordent le droit de se laisser pousser les cheveux, cause d’angoisse pour elle qui a l’impression d’être une « blague » aux yeux des responsables militaires.

Néanmoins, elle affirme se sentir mieux en prison qu’au sein de l’armée. Elle n’est pas victime de harcèlement de la part des détenus : « les gars ici sont des adultes… il y a des gens très intelligents et sophistiqués dans les prisons partout en Amérique. Je ne pense pas que la télévision et les médias leur accordent ce crédit. »

Sa bio renvoie à son site de soutien : http://www.chelseamanning.org/. À ce jour, elle compte plus de 47 000 abonnés.