Ouya cherche à se vendre

Jeux Vidéo

Par Olivier le

Ouya a été la sensation Kickstarter de 2012 : l’entreprise avait alors amassé 8,5 millions de dollars auprès d’investisseurs enthousiastes, emballés par l’idée d’une console de salon sous Android.

Malheureusement, la suite de l’aventure n’a pas donné les fruits escomptés. La console s’est finalement révélée assez quelconque et surtout, les développeurs n’ont pas massivement embarqué dans l’aventure. Résultat : un catalogue limité, comprenant certes une ou deux pépites, mais qui s’est révélé largement insuffisant pour transformer l’essai. Sans oublier quelques incompréhensions avec la communauté des développeurs concernant le financement de leurs titres…

Ouya a connu un peu plus de succès en licenciant sa plateforme et ses jeux, qui sont au nombre de 1 000. C’est cet aspect des choses que Julia Uhrman, la PDG de l’entreprise, compte valoriser. Elle a envoyé un mémo à des investisseurs il y a quelques jours, afin de trouver un repreneur. Il semble que la société n’a pas réussi à remplir les conditions financières d’un de ses actionnaires et que la renégociation concernant la dette de l’entreprise avait échoué.

D’ici la fin du mois (très bientôt, donc), Ouya espère avoir avancé sur ce dossier, au moins pour débusquer des repreneurs potentiels. Le constructeur fait miroiter un catalogue plus important que celui d’Amazon pour les téléviseurs, et l’an dernier Ouya a signé un partenariat avec Xiaomi. Si le cœur et les finances vous en disent…

Source: Source