Sony retire la possibilité jugée trop stressante de se suicider dans une démo de jeu Morpheus

Par Corentin le

London Heist

Même s’il a été récemment repoussé à début 2016, Sony n’a pas peur de montrer son casque de réalité virtuelle aux différents événements auxquels il est présent. C’était d’ailleurs le cas à la précédente GDC où le constructeur a pu montrer les capacités de son périphérique grâce à une batterie de démos, dont London Heist, une simulation de gunfight.

Et si les retours des différents journalistes qui ont pu s’y essayer sont bons sur cette démo convaincante, les développeurs se sont aperçus durant sa conception que la possibilité qu’offrait le jeu de retourner l’arme vers soi-même n’offrait pas une expérience des plus plaisantes. C’est Shuhei Yoshida lui-même qui l’explique dans les colonnes du Magazine PlayStaion Officiel.

À mesure que les développeurs créeront de nouvelles expériences avec les casques de réalité virtuelle, ce genre de réflexions deviendront de plus en plus fréquentes. Outre la cinétose, provoquée par la désynchronisation entre ce que perçoit l’œil et ce que perçoit l’oreille interne, les effets psychologiques proposés par des expériences intenses, comme les survival horror, seront certainement au centre du débat quand ces nouveaux périphériques se démocratiseront.

> Via Gamesradar

stopwatch 2 min.