Un accord pour couvrir les zones blanches en 2G d’ici 2016

Business

Par henel le

C’est une mise en place qui traîne, mais le gouvernement souhaite absolument que la France soit intégralement recouverte par la 2G d’ici la fin de l’année 2016 et la 3G pour 2017. Le plan semble bien en marche.
L’information provient d’un communiqué de presse du gouvernement. Emmanuel Macron, ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique et Axelle Lemaire, secrétaire d’État chargée du Numérique ainsi que le président de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) ont réuni les opérateurs mobiles afin de discuter de l’expansion de la 2G.

En effet, les SFR-Numericable, Orange, Bouygues et Free seront maintenant obligés de couvrir les communes qui ne disposent d’aucun service téléphonique d’antennes 2G d’ici fin 2016, et ce, à 100%. Plus de 160 communes sont concernées pour le moment. Leur nombre sera actualisé au cours des mois prochains.

De plus, les 2200 communes qui ne disposent pas de la 3G devront en être couvertes d’ici fin 2017.

De même, « la loi introduit également un mécanisme permettant de couvrir les zones où, même lorsque le centre-ville ou le centre bourg est couvert, aucune réception n’est possible ». Cela concerne 800 sites prioritaires et la chose devrait s’effectuer en quatre ans.

Cependant, il faut tout de même un garde fou. L’ARCEP se réserve le droit de sanctionner les opérateurs s’ils ne respectent pas ces engagements. D’ailleurs, on ne sait absolument pas qui s’occupera de quoi .

Avant cette réunion, Emmanuel Macron a déjà regroupé les quatre opérateurs mobiles le 24 avril. Il devait revenir avec des propositions communes concernant la couverture 2G.

« Nous voulons que chacun puisse téléphoner avec un mobile, où qu’il réside. Nous avons fixé un cap, celui de l’investissement dans les réseaux et le déploiement d’infrastructures de nouvelle génération. Nous avons établi une méthode, en invitant le secteur à nous proposer rapidement un engagement collectif. Avec la signature de cet accord, une étape importante est franchie qui va permettre de traduire en actes les objectifs fixés en mars par le premier ministre ». -Emmanuel Macron

Source: Source