[Vie privée] Tim Cook fait la morale à Google et Facebook

Sur le web

Par Elodie le

Invité par l’Eclectronic Privacy Information Center (EPIC) a recevoir le prix de « champion de la liberté », Tim Cook a profité de l’occasion pour s’en prendre aux géants de la Silicon Valley qui se sont construit grâce à un modèle économique basé sur l’exploitation des données personnelles des utilisateurs.

Apple CEO Tim Cook speaks at the WSJD Live conference in Laguna Beach

Certains ont dû penser à l’hôpital et la charité à la vue de ce titre, Apple ayant été éclaboussé par les révélations d’Edward Snowden et travaille depuis à redorer son blason, mais c’est bien Tim Cook, le PDG d’Apple qui a tancé ses collègues de la Silicon Valley lors d’un dîner organisé par une association de défense des libertés civiles et de la vie privée où il a été honoré du titre de « Champion de la liberté » 2015.

Pendant son discours diffusé par vidéoconférence, Tim Cook a tancé ces entreprises de la Silicon Valley qui, sous couvert de gratuité, vendent les données personnelles des utilisateurs au plus offrant.

« Notre vie privée est attaquée sur plusieurs fronts. Je vous parle de la Silicon Valley, où certaines des entreprises les plus importantes et les plus prospères ont construit leurs entreprises en berçant leurs clients dans la complaisance à propos de leurs données personnelles. Ils avalent tout ce qu’ils peuvent pour apprendre davantage sur vous et essayer de le monétiser. Nous pensons que cela est mal. Et ce n’est pas le genre d’entreprise qu’Apple veut être. »

Une allusion à peine, disons plutôt pas du tout, voilée à Google et Facebook qui ont construit leur modèle économique sur cette pratique. Le PDG d’Apple cible d’ailleurs particulièrement l’application Photos (stockage gratuit et illimité de toutes les photos) de Google lancée récemment et sa technologie de reconnaissance d’image qui permettrait un ciblage publicitaire toujours plus précis. Alors que celui d’Apple ne monétise pas les données des utilisateurs à des fins publicitaires.

« Nous pensons que le client doit pouvoir contrôler ses propres informations. Vous allez peut-être aimer ces services soi-disant gratuits, mais nous ne pensons pas que cela justifie le fait d’analyser vos emails, votre historique de recherche et maintenant même vos photos de famille, tout cela pour Dieu seul ne sait quel but publicitaire. Et nous pensons qu’un jour, les clients verront ce que [ces services] sont en réalité. »

Néanmois, iAds, la plateforme mobile publicitaire d’Apple, permet par des « cross-referencing » (référence croisée) d’aider les entreprises à trouver des clients potentiels à partir de leur adresse mail et numéro de téléphone.

vie_privée_tim_cook_google_facebook

Tim Cook estime que les atteintes à la protection de la vie privée mettent en péril, le mode de vie des Américains, rapporte The Verge. Protéger la vie privée est une question de « moralité ».

« Comme beaucoup d’entre vous, nous rejetons chez Apple l’idée que les clients aient à faire des compromis entre la sécurité et la vie privée. Nous pouvons, et nous devons fournir les deux à niveau égal. Nous pensons que les gens ont un droit fondamental à la vie privée. Les Américains l’exigent, la constitution l’exige et la moralité l’exige ».

Il a par ailleurs tenu à confirmer sa volonté de poursuivre sa politique de chiffrement des données utilisateurs.

« Il y a une autre attaque sur nos libertés civiles que nous voyons grandir chaque jour, celle sur le chiffrement. Certains à Washington espèrent saper la capacité des citoyens à chiffrer leurs contenus. Nous pensons que c’est incroyablement dangereux. […] Nous fournissons le chiffrement depuis des années dans des services tels qu’iMessage et FaceTime parce que nous estimons que le contenu de vos conversations et de vos vidéoconférences ne nous regardent pas ».

Les portes dérobées ne passeront donc pas par lui : « Si vous mettez la clé sous le paillasson pour la police, un voleur peut également la trouver. Les criminels utilisent tous les outils technologiques à leur disposition pour se frayer un chemin dans les comptes des utilisateurs. S’ils savent qu’il existe une clé quelque part, ils n’arrêteront pas avant de l’avoir trouvée. »

Une stratégie offensive à l’égard de certains géants du web sur la vie privée qui ne coûte pas un sou puisque le modèle économique d’Apple repose sur la vente de produits quand Google, Facebook et consorts proposent des services entièrement gratuits, rappelant l’adage : quand c’est gratuit, c’est vous le produit.

L’un vaut-il forcément mieux que l’autre. La question est posée.