Notre avis sur True Detective #2, Ballers et The Brink, les nouvelles séries HBO

Cinéma

Par Mathieu le

Home Box Office (HBO), la chaîne Américaine qui fait partie du groupe Time Warner est certainement l’une des filiales qui crée, avec Netflix notamment, les meilleures séries que nous pouvons suivre chaque année. Si, bien évidemment, HBO est porté par Game of Thrones et la popularité de ses rebondissements, nous pouvons également découvrir des productions d’excellente facture depuis plusieurs années.

Et l’événement de cette année, c’est bien sur la nouvelle saison de True Detective, porté par un casting monumental, avec en tête d’affiche Colin Farrell et Vince Vaughn. Nombreux sont les sceptiques à se demander si ce nouvel opus tiendra le choc face à la première saison, qui avait été unanimement salué par la critique et adulé par de nombreux spectateurs. Puis, il y a les nouveautés, ces séries qui ne reviendront peut-être pas l’année prochaine. Parmi elles, on a pu assister au premier épisode de Ballers, une série centré sur le football américain et porté par le Monsieur Muscle du moment, Dwayne “The Rock” Johnson ainsi que le pilote de la série The Brink avec en tête d’affiche Jake Black et Tim Robbins.

Voici nos impressions sur ces trois séries qui pourraient rythmé vos prochaines semaines télévisuelles.

Ballers

BALLERS-Saison-1-poster

Cette série créée par Stephen Levinson et réalisé par Peter Berg nous raconte l’histoire de Spencer Strasmore, ancien joueur de football américain qui, passé à la retraite, décide de devenir agent de joueur. L’histoire se situe à Miami de nos jours et, vous l’aurez bien compris, a pour sujet principal l’argent et le sport. Pas forcément un contexte intéressant sur le papier et, mis à part Dwayne Johnson, la série n’est pas soutenue par un casting reconnu. J’avais quelques a priori sur cette nouveauté et même lorsque la direction marketing de OCS nous en a parlé, je dois avouer que je n’étais pas plus motivé. Et pourtant, Ballers fait le show, assure le spectacle et est efficace. Dwayne Johnson n’est pas transcendant mais reste appréciable et agréable dans son jeu et a, une fois encore, un rôle qui lui sied à la perfection.
Les aventures de ces jeunes footballeurs est intéressante, pertinente et se fond assez bien dans la réalité des choses. Ballers en fait, c’est l’histoire de personnes qu’on détesteraient dans la vraie vie, mais qu’on prend plaisir à suivre dans cette fiction sous intensité, qui cache à peine sa dépendance au sport, à l’alcool, aux drogues et aux belles femmes. On vous conseille de regarder ce premier épisode et si vous accrochez suffisamment, de vous plonger pour la suite de ce qui peut être comparé à la série de Doug Ellin, Entourage, version gros bras.
Indice de visionnage : 3,5/5



The Brink

5502eb8cebd1a8c7648a1ba6_t-the-brink-hbo-roberto-kim-benabib-jerry-weintraub-tim-robbins-jack-black-cop (1)

D’après une idée originale des frères Benabib et réalisé par le fameux Jay Roach (Mon beau-père et moi, Austin Powers), The Brink avait tout pour nous faire saliver. Premièrement son casting. Le fantasque Jack Black, connu pour ses rôles dans des comédies américaines de bonne facture et quelques Blockbusters (King Kong notamment) accompagné du vétéran Tim Robbins (Les évadés, Mystic River, La dernière marche) sont les deux têtes d’affiche.

Puis, son synopsis de départ était extrêmement intriguant : suite à un coup d’état au Pakistan, la présidence des États-Unis, via notamment son Premier ministre Walter Larson (Tim Robbins), tente d’éviter une potentielle troisième Guerre Mondiale pendant que, sur place, Alex Talbot (chargé par l’ambassade du renouvellement des eaux) se retrouve au cœur du conflit après avoir voulu acheter de la drogue. Vous l’aurez compris, cette série tente de mêler humour noir avec conflit géopolitique.

Si les premières minutes nous intriguent, tout s’essouffle malheureusement assez vite. Le rythme est lent, les blagues pas très drôles et quelques passages sont assez lourds (et très pro-Américains). Alors qu’on sent une volonté de mettre en place une satire de la politique dans sa globalité et des dangers du terrorisme, on a plus l’impression d’être en face d’une parodie de mauvais goût, qui tente de jouer sur son tandem Black-Robbins pour nous faire rire, mais qui n’y arrive que trop rarement. Dommage, car malgré son potentiel indéniable, l’épisode n’a pu m’empêcher de regarder l’heure sur ma montre. Un mauvais signe pour la suite.
Indice de visionnage : 2/5



True Detective, saison 2

7777333520_colin-farrell

Pour être totalement franc avec vous, j’ai regardé la première saison de True Detective il y a deux semaines. Mais je dois avouer que je l’ai très rapidement visionné dans son intégralité, tant l’atmosphère, le scénario et les acteurs étaient grandioses. J’attendais donc forcément avec beaucoup d’impatience la suite, qui prend place cette fois-ci dans la ville de Vinci avec un casting digne d’un blockbuster à la Guy Ritchie : Colin Farrell, Vince Vaughn, Rachel McAdams, Taylor Kitsch ou encore Kelly Reilly.

Je ne vous révélerais aucun point du scénario de cette seconde saison qui, de toute façon, ne peut même pas être résumée après ce premier épisode tant on en sait encore peu sur la trame scénaristique envisagé par Nic Pizzolato, le créateur et scénariste de la série. Quoi qu’il en soit, cette première heure en compagnie de Ray Velcoro (Farrell), Ani Bezerrides (McAdams), Paul Woodrugh (Kitsch) et Franck Semyon (Vaughn) m’a épaté.

Véritable fan du travail réalisé par le duo Harrelson-McConaughey dans la saison 1, je pensais qu’il serait compliqué de viser plus haut. Et pourtant, The Western Book of the Dead, nom du premier épisode, m’a littéralement scotché à mon siège. Les personnages sont extrèmement bien travaillés et d’une noirceur rarement aperçue et envisagée. Si la structure narrative de la première saison nous faisait patienter et nous invitait à inspecter consciencieusement chaque parcelle de l’univers, cette seconde saison commence elle sur les chapeaux de roues et on a déjà l’impression de connaitre les personnages.
Pourtant, ils gardent encore un part de mystère en eux, et grâce aux flash-backs, toujours aussi bien placées, on peut se targuer d’espérer en connaitre d’avantage dans les prochaines semaines. Colin Farrell est prodigieux dans ce premier épisode et prouve qu’il est bien un grand acteur sous estimé. Quant à Vince Vaughn, qui laissait planer énormément de doutes quant à son véritable potentiel pour jouer ce type de rôle, il m’a agréablement surpris et j’ai hâte d’en savoir plus sur son personnage. Les autres rôles, sont, vous vous en doutez bien, également minutieusement interprété avec une aisance probante. On espère néanmoins que cette saison ne cédera pas à la tentation du “spectacle Hollywoodien” et restera bien dans cette sensation de mal-être et de réalité morbide, qui fait tant son charme. Si tel est le cas, vous avez certainement face à vous le digne successeur de la saison 1 et la meilleure série de l’année.
Indice de visionnage : 4,5/5

True Detective #2, Ballers et The Brink sont des séries que vous pourrez voir sur OCS, disponible sur CANALSAT.