En 2016, Netflix risque de dépasser les chaînes américaines en terme d’audience

Business

Par henel le

50712_backdrop_scale_1280xauto

D’après une analyse d’audimat effectué par FBR Capital Markerts sur 24h, Netflix arrive à jouer des coudes avec les chaînes de télé américaines et les dépassera l’année prochaine.

L’étude, appuyée sur les méthodes de l’agence Nielsen, émet l’idée qu’en l’espace d’un an, Netflix surpassera les chiffres d’audiences de ABC, CBS, Fox ou encore de NBC.

Pour en arriver à cette conclusion, FBR Capital Markets a pris en compte le nombre passé au premier trimestre 2015 sur son service de VOD: 10 milliards d’heures. Un abonné passe donc en moyenne deux heures par jour sur Netflix. FBR Capital Markets a ensuite cherché à lui attribuer une note « à la Nielsen », en appliquant leur méthode de calcul: il prend les deux heures de visionnages quotidiennes et le divise par 24. Ensuite, il multiplie ce résultat par le nombre de ménages aux USA abonnés à Netflix: ce qui donne 2,6, un chiffre équivalent à ce que font les chaînes traditionnelles aux Etats-Unis. À noter que pour ces dernières, leur visionnage en lignes ne sont pas pris en compte.

En parallèle, l’agence n’oublie pas de prendre en compte le nombre croissant de nouveaux souscripteurs durant le premier trimestre de cette année. Il a augmenté de 40%. Par ailleurs, un sondage a été conduit par ClearVoice Research en avril. Il demandait aux clients ce qu’ils choisiraient entre Netflix et le câble. Plus de 57% préfère prendre Netflix.

Fort de ces constats, Netflix pourrait aisément surpasser les chaînes traditionnelles en termes d’audience l’année dernière.

L’une des raisons semble être le prix. Aux États-Unis, l’abonnement mensuel à une chaîne câblée coûte dans les alentours de 80 dollars, soit dix fois plus que pour Netflix. Mais même si son catalogue ne cesse de grossir en proposant toujours de nouvelles choses, il lui manque du contenu par rapport aux chaînes « normales », à commencer par le sport ou encore les news, ce qui signifie que tout le monde n’est pas encore prêt à basculer du côté rouge.

Source: Source