Chelsea Manning sanctionnée et privée d’activités récréatives en prison

culture geek

Par Elodie le

Ses soutiens s’inquiétaient d’une potentielle privation de liberté consécutive à des motifs qu’ils assurent futiles. L’administration pénitentiaire vient de sanctionner Chelsea Manning de 21 jours de privation d’activités « récréatives », notamment pour avoir conservé un tube de dentifrice périmé. Un acharnement pour ses proches.

chelsea_manning-saction-privation-activités-récréatives

Condamnée à 35 ans de prison pour avoir fourni 700 000 documents confidentiels de l’armée américaine sur les guerres d’Irak et d’Afghanistan au site Wikileaks, préfigurant les War Logs, Chelsea Manning est aujourd’hui enfermée dans la prison militaire de Fort Leavenworth.

Depuis peu, elle peut communiquer avec l’extérieur grâce à son compte Twitter tenu par des proches, ses conditions de vie dans la prison viennent d’être drastiquement modifiées.

Elle vient d’écoper de 21 jours de privation d’activité récréatives, reconnue coupable de « comportement désordonné » lors d’un repas (plus précisément de s’être « conduite de manière méprisante » et d’avoir troublé l’ordre public en « jetant de la nourriture par terre »), de « manque de respect » à un gardien (pour avoir demandé à parler à son avocat) et détention d’objets interdits, notamment un tube de dentifrice périmé depuis avril 2015, soit une « utilisation impropre d’un médicament » selon l’administration pénitentiaire, des livres et des magazines dont le Vanity Fair avec Caitlyn Jenner en couverture.
Pour ses soutiens et son avocat Chase Strangio, il ne fait aucun doute qu’elle a été punie pour son activisme transgenre, Chelsea Manning suivant un traitement pour changer de sexe.

Après 4 heures d’audition en commission disciplinaire, l’ancien soldat Manning s’est vu signifier sa sanction et se trouve désormais privé de gym, d’accès à la bibliothèque ou de sortie en plein air selon son site de soutien. Elle risquait une peine d’isolement à durée indéterminée, ce qui avait poussé ses proches à lancer une pétition de soutien qui a recueilli 100 000 signatures, précise chelseamanning.org.

Ses proches dénoncent un acharnement contre sa personne. Dans un message publié hier sur son compte Twitter, Chelsea Manning dit craindre que cette sanction n’interfère lors de sa demande de réduction de peine.

« Maintenant ces condamnations vous me suivre à jamais dans toutes les audiences de demandes de libération ou d’aménagement de peine. Je m’attendais à être en détention minimale en février. Maintenant ça sera dans des années »