[NBA 2K16] Impressions : jusqu’où ira la série NBA 2K ?

Par Fabio le

À une quinzaine de jours de la sortie de NBA 2K16, 2K Games nous a laissés prendre nos marques sur l’itération 2016 de son jeu de basket. Un échauffement qui s’est, sans surprise, très bien passé, et nous a donnés en passant matière à réfléchir sur l’évolution possible de la série.

Si le speech de Rob Jones, Senior producer chez Visual Concepts, nourri aux habituels superlatifs de circonstance, nous a un peu échaudés au départ, force a été de constater que le studio californien fait montre d’une constance à toute épreuve année après année. Surtout, il semble poursuivre sur la voie séduisante qui veut tendre vers une expérience de plus en plus vivante, “organique”. Ceci est d’autant plus fort que la série NBA 2K n’a, contrairement à un FIFA ou un PES, (plus) aucun concurrent de taille pour le pousser à se décarcasser.

En premier lieu, Rob Jones a naturellement insisté sur le niveau de détails dans chaque modélisation et animation de ce nouvel opus, plus élevé encore que dans le précédent – même si ça commence à être compliqué de vous dire que c’est vraiment plus beau qu’avant. Visual Concepts a continué à travailler sur tout ce qui caractérise individuellement les joueurs : les “signature move” et leur manière de se déplacer, notamment. Mais plus que d’une ambition esthétique, il s’agit de servir l’immersion. Immersion qui passera également par la dimension “physique” ressentie sur le terrain, un des autres chantiers de cet opus. Les collisions et le ressenti des impacts (sur passage en force, sur dunk) ont été retravaillés, pour un résultat convaincant.

NBA 2K16 Parker

À côté de la chose individuelle, c’est la chose collective qui a été au centre des préoccupations du studio. Avec une ambition, celle de rendre le système “plus intelligent”, où chaque joueur aurait “conscience” des mouvements de ses coéquipiers et s’adapterait en conséquence, respecterait le spacing, couperait les courses sans ballon, etc. Dans le même ordre d’idée, Rob Jones nous a promis que les joueurs s’adapteront mieux aux situations de match : ils seront plus agressifs sur le porteur du ballon s’ils sont menés au score, et certains profils de joueurs pourront apporter un véritable changement tactique à une équipe.

Ça, c’est pour la théorie. Dans la pratique, il est autrement plus délicat d’évaluer l’impact de ces changements en quelques matchs seulement. Néanmoins, les sensations manette en main étaient excellentes, et la gestion de la physique nous a semblé en effet mieux gérée que jamais. Les impacts sont durs, parfois spectaculaires (sur un dunk, un alley oop), tout en ne nuisant pas à la fluidité de l’action.

La sortie, c’est pour dans 15 petits jours sur PC, PS3, PS4, Xbox 360 et Xbox One, on reviendra en détails sur tout ça, ainsi que sur les nouveaux modes de jeu et les changements qui ont été effectués sur les anciens.