[Twitter] Un algorithme peut-il être accusé de violation de la vie privée ?

Business

Par Elodie le

Comme Google avant lui, Twitter est poursuivi pour la lecture automatisée des messages privés, le plaignant, résidant au Texas, dénonce une atteinte à la vie privée.

twitter_algorithme_lecture_automatisée_messages_privés_vie_privée

Twitter pourrait être visé par une class action pour violation de la loi sur la protection des communications électroniques et la loi sur la privée privée de Californie. comme le précise la plainte déposée au tribunal fédéral de San Francisco. Le plaignant affirme que Twitter « espionne subrepticement les communications privées de ses utilisateurs ».

« Dès qu’un utilisateur envoie un message privé, TYwitter intercepte, lit et parfois même modifie le message. »

Par modifier, il s’agit en fait de cette pratique qui consiste à raccourcir, en le personnalisant, une URL placée dans un DM pour réduire le nombre de caractères (lorsque ces DM étaient encore limités à 140 caractères. Ce qui n’est plus le cas aujourd’hui), mais aussi « négocier de meilleurs tarifs publicitaires ». En effet, en transmettant automatiquement les DM sur les serveurs d’analyse de Twitter, la firme peut livrer la source du trafic aux entreprises ou médias linkés et ainsi cibler au mieux les annonces publiées.
Pratique qui s’effectue sans le consentement express des membres du réseau social.

L’enjeu dans cette affaire n’est donc pas de s’attarder sur une pratique aujourd’hui terminée, mais de déterminer si la lecture automatique d’une communication par un algorithme relève de l’atteinte à la vie privée, quand bien même aucune personne physique ne lirait véritablement le contenu des messages envoyés.

Le même problème était apparu avec Google et son service de messagerie Gmail qui « scanne » les mails envoyés à la recherche de mots-clés référents pour proposer ensuite des publicités ciblées à ses utilisateurs. Contentieux qui s’était soldé par un accord à l’amiable avec les plaignants en 2014.

twitter-dm

Comme le précise Techcrunch qui publie la plainte, la politique de confidentialité de Twitter, si elle n’est pas floue, reste prudente dans ses termes. Par exemple, les DM sont qualifiés de « plus privés » en opposition aux tweets qui sont publics. Le terme « privé » pour les messages n’est pas employé aux États-Unis où Direct Message est préféré.

Les termes concernant les DM dans les conditions d’utilisation de Twitter sont assez larges :

« Nous pouvons modifier ou adapter vos Contenus afin de les transmettre, de les afficher ou de les distribuer sur des réseaux informatiques et sur différents médias et/ou d’apporter des changements nécessaires à vos Contenus afin de les rendre conformes aux exigences ou limitations de tous réseaux, équipements, services ou médias.

Nous pouvons utiliser ces informations pour faire des déductions, comme quel type de sujet peut vous intéresser, et personnaliser le contenu que nous vous montrons, y compris les publicités. Nous transmettons l’information que vous fournissez à travers les services Twitter aussi longtemps que vous ne les supprimez pas, mais nous vous donnons généralement des paramètres ou fonctionnalités, comme les messages directs, pour rendre cette information plus privée si vous le souhaitez.»

Le cabinet Edelson PC qui a déposé le dossier souhaiterait voir la procédure requalifiée en « class action » et représenter deux catégories de personnes : les utilisateurs américains qui ont envoyé des DM et ceux qui en ont reçu. Il réclame 100$ par jour et par utilisateur pour ceux dont la vie privée a été violée.

Dans un communiqué, Twitter a dénoncé « des accusations sans fondement » et annoncé son intention « de les combattre ».

Twitter Class Action

Source: Source