Critique : Jessica Jones

Série

Par Pierre le

Deuxième série Netflix réalisée en partenariat avec Marvel, Jessica Jones nous replonge dans l’ambiance crasse de Hell’s Kitchen pour une aventure qui n’a absolument rien à voir avec toutes les autres productions Marvel. Une production différente, qui préfère s’intéresser à la vie (presque) normale des habitants du MCU. Une série qui devrait en surprendre plus d’un par son ton déroutant mais qui se révèle très vite plein de qualités.

iBpJwS3

Critique garantie sans spoilers

Avant de commencer, voici un petit cours d’Histoire pour les profanes. Le Marvel Cinematic Universe, créé en 2008 avec Iron Man, s’est depuis décliné sur plusieurs médias. Du côté des séries, nous avons Agents of SHIELD et Agent Carter sur ABC. Il y a deux ans, Marvel Studios a signé un deal avec Netflix pour réaliser cinq séries se déroulant à New York. Cinq séries plus sombres, plus terre à terre. La première a été Daredevil , qui a surpris son monde. Nous arrivons à la deuxième, consacrée à Jessica Jones. Dans le futur, nous aurons également une deuxième saison pour Daredevil, une série sur Luke Cage, une série sur Iron Fist puis une dernière qui réunira tout ce beau monde, les Defenders.

Jessica Jones se place donc pleinement dans le MCU, au même titre que Captain America ou Thor. La bataille de New York a bien changé la face du monde et les Avengers veillent à la protection de la planète. Néanmoins, Jessica Jones n’a rien à voir avec ça, puisque la jeune femme vit dans les bas-fonds d’un New York bien réel et doit faire face à des problèmes très humains.

Screenshot1

Jessica Jones est une très bonne série, malgré une fin mitigée. Nous suivons les aventures de la jeune détective privée (Krysten Ritters), qui dispose de pouvoirs surhumains. Mais ses pouvoirs sont presque anecdotiques pour son job qui consiste, la plupart du temps, à photographier des couples adultères en pleine action. Malheureusement pour elle, Jessica va retomber sur une ancienne connaissance qui l’a traumatisée par le passé, un certain Kilgrave.

Purple Haze

Ambiance néo-noir et enquêtes qui s’entremêlent, voici ce qu’est Jessica Jones. Lancée dans une course-poursuite psychologique contre l’homme qui l’a brisée, Jessica est tout sauf une super-héroïne. Elle est dotée d’un certain talent qui l’aide dans ses enquêtes, bien sûr, mais la chose semble presque anecdotique dans la série. D’ailleurs, la showrunner a choisi de traiter ça comme une malédiction, comme un fardeau dans un monde divisé entre les super-héros et les personnes normales. Ce n’est pas non plus une anti-héroïne, Jessica n’est qu’une personne normale chargé d’un fardeau anormal.

Autre sujet abordé brillamment par la série, le syndrome post-traumatique dont souffre Jessica. Un syndrome qui peut toucher chacun d’entre nous et traité avec beaucoup de justesse. Le viol est également abordé avec une finesse rare dans ce genre de production. Notons également une brochette de personnages très bien écrits (plus que dans Daredevil). Des personnages très différents, de l’avocate prestigieuse (Carrie Ann Moss) au voisin junkie (Eka Darville) en passant par le barman connu des fans de Marvel (Mike Colter). Le cas Luke Cage, justement, est abordé avec intelligence, surtout dans sa relation avec Jessica, qui se dévoile par petites touches. Notons d’ailleurs que Luke Cage sera le prochain à avoir sa série Netflix.

Screenshot2

Cependant, la vraie star de la série, c’est bien David Tennant, alias Kilgrave, alias l’Homme Pourpre. Personnage le plus travaillé des 13 épisodes, Tennant livre une performance de haute volée. Personnage complexe, sadique et pervers au plus haut point, il n’est présent qu’en pointillé dans les premiers épisodes avant de réellement exploser dans la seconde moitié de cette saison. Si les méchants Marvel ont toujours été un peu bidons, Netflix prouve encore une fois (après Fisk dans Daredevil) qu’il est possible de créer des antagonistes fascinants qui prennent le devant de la scène à la simple évocation de leur nom.

7HucVlU

Avengers humains

Jessica Jones est une série savamment construite et très loin des standards des séries super-héroïques. Pendant les 13 épisodes, nous ne suivons qu’un duel psychologique entre Jessica et Kilgrave qui se traduit par moult sous-intrigues qui se recoupent les unes les autres. Des sous-intrigues parfaitement dosées qui forment un tout cohérent. Cependant, il faut noter que certaines d’entre-elles tiennent plus du remplissage qu’autre chose. L’une (l’affaire du divorce) n’est là que pour donner de l’épaisseur à un personnage qui n’en avait pas vraiment besoin, par exemple. On peut également regretter l’épisode 4, qui s’attarde un peu trop longuement sur le fait d’expliquer au spectateur que Jessica Jones se passe bien dans le même univers que celui des Avengers. Un peu inutile et tiré par les cheveux.

Parlons également des scènes d’action. Elles sont loin d’être au cœur de la série mais sont tout de même présentes… pour au final pas grand-chose. Si les scènes de combat de Daredevil nous scotchaient à notre canapé par leur mise en scène inventives et percutantes, celles de Jessica Jones tiennent plus du grand-guignol et se montrent superflues et sans enjeux, Jessica étant supérieure en tout point à ses adversaires. Néanmoins, elles ne représentent qu’une infime partie des 13 heures de l’oeuvre. Mais une infime partie ratée.

UHgmDGM

Verdict

Jessica Jones est une très bonne série, très bien construite et dotée d’une ambiance inédite dans le MCU. Difficile de la comparer avec Daredevil, tant le sujet et le traitement sont différents. Néanmoins, comme Daredevil, elle ne vous lâchera pas avant le tout dernier épisode. Ambiance, personnages et intrigues offrent un cocktail prenant que vous ne pourrez lâcher, tant l’envie de voir « encore un épisode » vous prendra aux tripes à l’apparition du générique de fin. Malgré une fin vraiment en deçà du reste, Jessica Jones reste une excellente série qui prouve que le Marvel Cinematic Universe a encore de nouvelles choses à nous offrir. Prochaine étape, Luke Cage !

bas-article-JJ_NF_Logo_Horizontal_FR
Advertisement