La FAA a du mal à s’assurer que les pilotes américains savent piloter les avions

Général

Par Antoine le

C’est une information un peu inquiétante que rapporte The register. L’autorité fédérale américaine n’arrive plus à s’assurer que les pilotes d’avions américains sont bien capables de faire voler les avions. C’est en tout cas ce qu’indique un rapport du ministère américain des transports.

hacker_pirate_avions_en_vol

Selon le rapport :

“Alors que les compagnies aériennes ont pendant longtemps utilisé l’automatisation de manière sécurisé pour améliorer l’efficacité et réduire la charge de travail des pilotes, plusieurs accidents récents, dont celui du vol 214 d’Asian Airlines en juillet 2013, ont montré que des pilotes qui volent habituellement avec le pilote automatique peuvent faire des erreurs quand ils sont confrontés à des événement inattendus ou lorsqu’il passe en mode manuel”

Il indique aussi que :

“Comme résultat, la trop grande confiance dans le pilotage automatique inquiète de plus en plus les experts de l’industrie, qui se demandent aussi si les pilotes sont assez entraînés et disposent d’assez d’expérience pour maintenir un vol manuel de haut niveau.”

Pourtant, l’automatisme dans les avions n’est pas une nouveauté. Lors des débuts de ce genre de systèmes, ils ne pouvaient être activés que pendant les phases “de croisière” du vol et quand il n’y avait rien de particulier à faire. Aujourd’hui, un ordinateur est aux commandes de l’avion pendant plus de 90% du vol.

La législation américaine indique qu’un avion peut passer en mode automatique s’il est à plus de 152 mètres du sol, une altitude qui est atteinte très vite après le décollage et qui montre bien que les pilotes n’ont vraiment les commandes qu’au décollage et à l’atterrissage.

Ce sont les compagnies aériennes qui doivent s’assurer que les pilotes ont les capacités de faire voler leurs avions, que ce soit dans les phases d’atterrissage, de décollage ou alors pendant le vol pour vérifier que l’avion (que le pilote automatique) fait bien ce qu’il faut.

On ne sait pas trop ce qu’il en est des pilotes en France et en Europe mais à l’heure ou les voitures autonomes sont en train de devenir une réalité, on peut légitimement se demander si ce n’est pas aussi l’avenir qui se dessine pour l’aviation. La seule véritable raison de la présence de pilotes à bord des avions vient justement de la gestion d’éléments inattendus.

Source: Source