Orange : La fin du téléphone fixe, c’est pour bientôt

Smartphone

Par Henri le

Tout à une fin, et celle du réseau téléphonique fixe approche. C’est en tout cas ce qu’annonce l’opérateur Orange.

annuaire-telephone-fixe-retrouvez-vos-contacts-id60_w_600

Après avoir rapporté des sommes colossales aux opérateurs, le téléphone fixe est aujourd’hui plus une perte qu’autre chose pour ces derniers. Il va donc disparaître à partir de l’année 2021. C’est un sacré changement malgré tout, puisque 12.9 millions de lignes utilisent encore cette technologie, dite RTC (pour Réseau téléphonique commuté).

En effet, le haut débit a marginalisé cette technologie, et la maintenance du système est devenue coûteuse, notamment car la production de certains composants est peu à peu abandonnée. Le personnel formé à son entretien est d’ailleurs vieillissant, et ne tardera pas à bientôt partir en retraite. L’Autorité de régulation des communications (ARCEP) n’a donc pas l’intention de s’opposer à la décision du groupe Orange, même si ce dernier doit annoncer son projet au moins cinq ans à l’avance.

« Les équipements et composants spécifiques à ce réseau deviennent obsolètes et des difficultés croissantes d’entretien apparaissent du fait de l’abandon de cette technologie par les équipementiers. Son exploitation excessive entrainerait donc des risques de dysfonctionnements, voire de coupures de service, importants. »

orange_5

S’il n’a pas annoncé de date fixe, l’opérateur devrait arrêter de commercialiser les lignes RTC pour ne proposer uniquement de la voix sur IP dès 2017. En 2021, les anciennes lignes s’arrêteront progressivement à travers le pays.

« À partir de 2021, une nouvelle étape sera franchie. Le service RTC sera progressivement arrêté, avec un calendrier différent selon les régions. »

ZyLqemX

Cette transition devra se faire en douceur, car de nombreuses personnes (majoritairement nos seniors) et services et corps de métiers s’en servent encore. C’est également le cas de certains fax, services d’alarmes ou terminaux d’ascenseurs. Mais l’ARCEP a tenu à préciser que des alternatives seront mises en place pour accompagner ces clients en particulier.

« L’Arcep veillera en particulier à ce que les conditions de cette transition technologique permettent l’exercice d’une concurrence effective et loyale entre les opérateurs et à ce que l’ensemble des utilisateurs finals puisse bénéficier d’un accompagnement adapté. »

C’est la fin d’une époque, même si on ne réalise peut-être pas encore l’ampleur d’un tel changement.