[En salles demain] Pourquoi il ne faut pas rater le documentaire Jodorowsky’s Dune ?

Cinéma

Par Pierre le

L'histoire du cinéma est parsemée de films légendaires qui n'ont jamais vu le jour, à cause de soucis financiers, artistiques ou autre. Nous pouvons notamment citer...

L’histoire du cinéma est parsemée de films légendaires qui n’ont jamais vu le jour, à cause de soucis financiers, artistiques ou autre. Nous pouvons notamment citer Superman Lives de Tim Burton ou L’Homme qui tua Don Quichotte de Terry Gilliam. Mais l’exemple le plus connu, le big boss des films légendaires jamais sortis, c’est le film Dune d’Alejandro Jodorowsky.

Dune

Demain, sortira dans les salles le documentaire Jodorowsky’s Dune, qui revient sur la création de ce film avorté. Une sortie française plus que tardive, le film étant sorti en 2014 aux Etats-Unis.

Le documentaire, réalisé par Frank Pavich, revient sur la genèse complètement dingue du projet. Un film qui aurait pu changer le visage du cinéma à jamais mais qui a malgré tout laissé derrière lui un grand héritage auprès des cinéastes qui sont allés fouiller dans les pages du projet.

3

Revenons au tout début de l’histoire. Nous sommes en 1975 et le producteur français Michel Seydoux collabore avec Alejandro Jodorowsky, artiste aux multiples facettes, pour faire “le plus grand film de tous les temps”. Le but est de réaliser une grande fresque de plus de quatre heures adaptant le chef d’oeuvre de Frank Herbert. Plus qu’un bon film, “Jodo” veut créer une oeuvre d’art et en profiter pour révolutionner le monde des effets spéciaux dans une époque où un certain Star Wars n’avait pas encore vu le jour.

Jodo travaille Salvaro Dalí au corps pour lui donner le rôle de l’empereur, engage Amanda Lear pour le rôle de sa fille (Irulan), promet monts et merveilles à Orson Welles pour le faire apparaître à l’écran, entraîne son fils pendant des mois pour le rôle de Paul Atreides… Le documentaire nous narre cette histoire surréaliste, qui a presque conduit le réalisateur à la folie, tant il a mis de son âme dans le projet.

4

En plus de ces figures de proue, Jodo réunit divers artistes pour créer l’univers du film, dont Giger (qui ira ensuite travailler sur Alien), Moebius, le groupe Pink Floyd ou Dan O’Bannon pour les effets spéciaux, quasiment impossibles à réaliser pour l’époque.

Jodorowsky’s Dune retrace donc cette histoire pour la première fois dans un documentaire. Un documentaire d’autant plus intéressant qu’il donne la parole au réalisateur, lui donnant la possibilité d’exprimer son point de vue sur tel ou tel détail du film fantôme. On apprend ainsi que Jodo ne voulait pas simplement faire le plus grand film de tous les temps, mais qu’il voulait tout simplement “changer le monde”.

2

Malheureusement, Dune ne vit jamais le jour, à cause de l’ambition démesurée de Jodo, mais nous a laissé un héritage à travers ses storyboards (réutilisés dans d’autres œuvres) ou ses concept-arts magnifiques.

La licence Dune n’a pas été abandonnée pour autant. On se souvient tous du Dune de Lynch, sorti presque 10 ans après l’échec du film de Jodo. Un film bancal, mal aimé par le public et par le réalisateur, mais qui vaut tout de même le coup d’œil pour sa mise en scène, ses décors et sa musique. Les fans se rappellent également de la sortie en 2000 de téléfilms, plus proches du livre original, mais moins inventifs.

En tout cas, nous n’aurons jamais le loisir de voir le meilleur film Dune. Un film qui restera exceptionnel quoi qu’il arrive car dans notre imagination, c’est un film parfait.