[Critique Comics] Low, tome 2 : dans la continuité du chef d’oeuvre

bande dessinée

Par Malo le

Low, ça avait été pour nous une grosse baffe dans le pif. C’était même tellement bien que le deuxième Tome nous laisse un peu sur notre faim.

sJq0PqQK6QNUgG1ePNZ6p2BluEvZefnM-couv-1200

Dans un très lointain futur où le soleil est en pleine expansion, les hommes se sont reclus dans les profondeurs des océans pour survivre. Alors que l’humanité est décadente et que l’espoir s’amenuise, Stel Cain, une scientifique à l’optimisme sans faille, part à la recherche d’une sonde tombée à la surface de la terre, qui contiendrait les coordonnées d’une planète potentiellement habitable.

On avait adoré le tome 1 pour son scénario qui sort des sentiers battus. L’enjeu est de taille, les personnages sont attachants, l’univers foisonnant. Et dans une fiction d’anticipation qui nous laisse peu d’espoir, la philosophie optimiste de l’héroïne et son discours d’espérance traités subtilement font mouche. Les dessins de Greg Tocchini, sont à couper le souffle. Ou bien sont-ils une bouffée d’air dans le genre du comics ? Pour nous, les deux à la fois : ça claque, c’est beau et majestueux. Le travail sur les couleurs ajoute énormément aux traits de l’artiste. On a retenu du début de Low une expérience vraiment particulière.

Le tome 2 est un peu en dessous du premier. On est moins pris à la gorge. Pourtant, les coups d’éclats sont nombreux et les scènes d’actions particulièrement réussies. On a d’avantage apprécié le développement des nouveaux lieux et personnages à celui de Stel Caine, l’héroïne, qui stagne un peu. Maintenant que les bases de l’univers ont été posées et l’émerveillement estompé, c’est le scénario qui reprend la main. Et même si on perd un peu en intensité, la transition se fait finalement très correctement.

On peut comprendre que certains se perdent dans le foisonnement de détails des différents plans. Nous, on en profite pour allonger le temps de lecture et nous attarder sur chaque case afin d’en tirer le maximum d’informations, ou juste pour le plaisir des yeux. Le dessin de Greg Tocchini perd en force dans les scènes de dialogues, mais les nouveaux décors lui permettent de délier son trait et de nous proposer encore une fois de splendides panoramas.

De son côté, Rick Remender continue d’exprimer son discours sur l’optimisme à travers les monologues de Stel. Si la pensée en elle-même est très bien exposée, on ressent parfois une certaine lourdeur quand elle s’étale sur plusieurs pages.

Cela dit, on vous recommande chaudement de vous procurer ce deuxième tome. Et si vous n’avez pas encore eu l’occasion de vous pencher sur la série, plongez-y au plus vite !

Quelques visuels pour vous mettre l’eau à la bouche (et mince, je ne les fais même plus exprès…) :

Rick Remender (scénario) et Greg Tocchini (Dessin)
Sortie le 22 avril 2016 chez Urban Comics (collection Urban Indies)
Aventure / Science-fiction, 120 pages, 14 euros
Site officiel