14 millions de Français ont consulté un site de streaming ou de téléchargement illégal en 2015, au moins une fois par mois

Série

Par Malo le

Un rapport sur la consommation de contenu pirate en France a été rendu public hier par l’Association de lutte contre la piraterie audiovisuelle. Un tiers des internautes recourent fréquemment au piratage.

piratage2

En 2015, 30% des internautes français ont consulté au moins une fois par mois un site de streaming ou de téléchargement de films et séries, rapporte l’Alpa (Association de lutte contre la piraterie audiovisuelle) dans une étude réalisée par Médiamétrie. Cela représente près de 14,1 millions de Français contre 13,4 millions en 2014.

Ce sont les 25-49 ans qui consomment le plus de contenu pirate. Par ailleurs, les hommes consultent plus fréquemment les sites de piratage audiovisuel que les femmes (56% contre 44%), alors qu’ils sont moins nombreux à surfer sur la toile (49% contre 51%).

On remarque que les hommes préfèrent le téléchargement depuis navigateurs ou en torrents (61% d’entre eux). Les femmes, elles, se tournent plus souvent vers le streaming (51%). Au total, on recense cette année plus de 7,6 millions de consultations de sites de téléchargement depuis serveurs (DDL), un nombre qui n’avait jamais été si haut et qui devance celui du “peer to peer” (torrents) et du streaming.

Et comme l’étude a porté sur 370 sites de piratage audiovisuel, on a même un petit top des séries et films les plus piratées en 2015 :

Côté film, on retrouve Jurassic World, Vice Versa, Divergente 2, La famille Bélier, Jupiter, Antman ou Seul sur Mars.
Pour les séries, c’est du classique : The Flash, Homeland, et bien sur The Walking Dead et Game of Thrones qui culminent chacun quatre mois en première position.
A noter qu’en janvier 2015, les internautes n’avaient tellement rien à se mettre sous la dent qu’ils ont hissé Dallas en deuxième place du classement.

Et l’Alpa de conclure : “Malgré certaines mesures, le fléau du piratage reste très élevé en France. Il met en péril la création audiovisuelle et entrave l’essor de l’offre légale.”

Merci Captain Obvious!
Merci Captain Obvious!