À moins de 48 heures de la fin de sa campagne, faut-il craquer pour le jeu de plateau Plague Inc ?

Par Cyril le

Le mois de mai était décidément celui des licences de jeu vidéo sur Kickstarter : après Dark Souls et This War of Mine (dont la VF...

Plague Inc.

Le mois de mai était décidément celui des licences de jeu vidéo sur Kickstarter : après Dark Souls et This War of Mine (dont la VF de la boîte de base a été confirmée), c’est au tour du jeu de plateau Plague Inc de passer sur le grill. Avec près de 300 000 dollars récoltés, sa campagne de financement a connu un joli succès, mais est-ce une raison suffisante pour se joindre à la foule ?

De quoi on parle ?

Plague Inc : the board game est un jeu pour un à quatre joueurs (cinq avec une petite extension) où le but est d’infecter le monde à l’aide de sa maladie mortelle. Vous commencez par infecter une ville avant de vous répandre dans le monde entier en rendant votre maladie plus résistante et plus efficace au cours de la partie, qui dure 1h-1h30. Le jeu est développé par James Vaughan, le créateur du jeu vidéo, et sera publié uniquement en anglais par son entreprise Ndemic Creations.

Plague Inc. diseases

Combien ça coûte ?

Il existe trois pledge différents, le dernier étant clairement réservé aux fans (il permet notamment de donner un nom à une maladie du jeu vidéo). Les deux premiers sont respectivement à 30 et 36 dollars (soit 27 et 32 euros, plus 14 euros de frais de port), la deuxième option rajoutant le matériel nécessaire pour jouer à cinq. Il n’y a pas d’add-on achetables en plus, le jeu ne s’y prêtant pas vraiment, et tous les paliers de la campagne ont été débloqués. Vous bénéficierez donc d’un surplus de matériel : davantage de cartes pays et évènements, un dé et des pions personnalisés, un nouveau type de maladie, un mode solo et une appli de référence qui contiendra les règles du jeu, un tutoriel et de la musique d’ambiance (cf. image à la fin de l’article).

Plague Inc. symptoms

Ca se joue comment ?

Les règles, disponibles en ligne, sont assez simples : les joueurs vont augmenter le nombre de pays à infecter, développer leur maladie en lui donnant des traits d’évolution spécifiques et tenter de provoquer une épidémie mortelle dans un maximum de pays.

Dans les faits, on se retrouve avec un jeu de majorité puisque seul le joueur ayant le plus infecté un pays peut tenter de le faire sombrer dans le chaos. Il faut donc jongler entre les différents traits d’évolution de sa maladie et les cartes évènements afin d’infecter la majorité des villes d’un pays. Certains objectifs (avoir éliminé le plus de pays d’un continent, par exemple) donnent également des points. Le jeu se termine quand il n’y a plus de nouveau pays à infecter.

Le tour de jeu est rapide : vous commencez par récupérer des points d’ADN pour chaque pays où vous êtes la maladie la plus répandue, puis vous décidez de placer un nouveau pays sur le plateau ou de refaire votre main (composée de traits d’évolution). Il est ensuite possible de faire évoluer votre maladie (plus infectieuse, plus létale, résistante au froid, voyageant par aéroport…) avant d’infecter un nombre de villes égales à votre taux d’infection, celles-ci devant être accessibles à votre maladie. Si vous êtes majoritaire dans un pays, vous pouvez tenter de l’achever avec un jet de dé dont les chances de réussite dépendent de la létalité de votre maladie.

Ce qu’on en pense

La mécanique du jeu, très épurée, simule assez bien le développement de votre maladie et l’infection progressive du monde, avec l’apparition régulière de nouveaux pays touchés par les épidémies. Le style graphique reprend celui du jeu vidéo, fonctionnel et efficace, avec des icônes qui permettent une bonne lisibilité du plateau. On est loin des illustrations chatoyantes de certains jeux, mais cela contribue à l’ambiance.

Si la rejouabilité ne semble pas mauvaise puisque les cartes pays, évènements et traits d’évolution sont tirées au hasard, il ne semble y avoir énormément de stratégies possibles. La possibilité de refaire sa main si les traits qu’on a en main ne sont pas adaptés à la situation permet de niveler le hasard, les rebondissements étant assurés par les évènements, mais je suis plus mitigé quand à l’usage du dé pour déterminer la perte d’un pays (ce qui est tout de même la principale manière de marquer des points). Il faudra voir à l’usage.

Plague Inc. events

Alors je pledge ou pas ?

Sur le plan matériel, rien à redire : le prix est correct pour un jeu de ce type, mais il est dommage que les frais de port fassent grimper le prix d’un tiers. Si vous êtes intéressé par le jeu, on vous conseille d’attendre la sortie en boutique, le contenu débloqué n’étant pas réservé aux soutiens Kickstarter (excepté cinq cartes).
L’adéquation entre la mécanique et le thème semble vraiment bien rendue, mais le tout semble manquer de profondeur sur le long terme. À vous de voir : si vous comptez simplement y jouer une fois de temps en temps et que vous aimez le concept et/ou le jeu original, ce n’est pas un mauvais choix.

Si le thème vous plaît mais que vous avez plutôt envie de sauver le monde, allez voir du côté de Pandémie, référence du genre coopératif où le thème est tout aussi bien rendu.

stopwatch 6 min.