Le fonds souverain d’Arabie Saoudite investit 3,5 milliards de dollars dans Uber

Business

Par Elodie le

L’un des plus grands fonds souverains du monde, le Public Investment Fund (PIF) d’Arabie Saoudite, vient d’investir près de 4 milliards de dollars dans la firme américaine Uber. Sa capitalisation boursière reste inchangée à 62,5 milliards de dollars.

uber-fonds_souverain_arabie_saoudite

Chassé-croisé. Quelques semaines après qu’Apple a investi 1 milliard de dollars dans le concurrent d’Uber en Chine, Uber annonce avoir réalisé une levée de fonds de 3,5 milliards de dollars (3,1 milliards d’euros), provenant d’un seul et même investisseur : le fonds d’investissement public d’Arabie saoudite.

C’est le plus important montant levé en une seule fois, le dernier s’était élevé à 2,8 milliards. Le Qatar, grand rival de l’Arabie saoudite dans la région, est également monté au capital de la firme, tout comme les banques Goldman Sachs et Morgan Stanley.

Grâce à cette opération, le directeur général du fonds, Yasir Al Rumayyan, entre au conseil d’administration de la jeune pousse, aujourd’hui plus grosse valorisation mondiale.

Cet investissement s’inscrit dans une stratégie de diversification des activités de l’Arabie Saoudite qui anticipe la fin prochaine du pétrole, principale source de revenus du pays.

L’Arabie Saoudite va d’ailleurs transformer son économie en conséquence avec le programme « Vision 2030 » mené par le Prince Mohammed bin Salman. Cette perte d’influence programmée des États pétroliers est l’un des enjeux à venir dans la région. Ces États multiplient les investissements et diversifie leur économie afin de réduire leur dépendance à l’or noir.

La société de VTC est présente depuis 2014 en Arabie Saoudite et entend investir quelque 250 millions de dollars pour se développer au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Uber opère actuellement dans 9 pays et 15 villes de la région, dont 5 Saoudiennes.

Selon Uber, 80 % des utilisateurs de la plateforme en Arabie Saoudite sont des femmes, celles-ci n’étant pas autorisées à conduire.

« Notre expérience en Arabie saoudite est un excellent exemple de la façon dont Uber peut bénéficier aux passagers, aux conducteurs et aux villes », indique le fondateur d’Uber, Travis Kalanick. « Nous sommes impatients de travailler en partenariat pour soutenir leurs réformes économiques et sociales », ajoute-t-il.

Source: Source