Chine : la fabuleuse arnaque des chauffeurs-zombies de Uber qui effrayaient les clients

Android

Par Gaël Weiss le

Plusieurs médias chinois ont dévoilé ces derniers jours une arnaque utilisée par plusieurs chauffeurs de Uber peu scrupuleux. Ces derniers transformaient leur photo de profil en fantôme ou en zombie hideux afin d’inciter les clients à annuler leur course.

zombie-uber

L’arnaque ne devait pas rapporter beaucoup, mais elle était très ingénieuse. Le site Quartz rapporte aujourd’hui que de nombreux clients de Uber se plaignaient d’avoir affaire à des chauffeurs zombies. Au moment où le client commandait sa voiture, il voyait alors s’afficher sur l’application un portrait déformé (numériquement, bien sûr) et hideux du chauffeur laissant penser qu’il s’agissait d’un zombie ou d’un fantôme.

Quelques exemples de « chauffeurs zombies » dans l'application Uber.
Quelques exemples de « chauffeurs zombies » dans l’application Uber.

Le principe de l’arnaque repose sur le fait que le client, effrayé, va alors annuler sa commande de voiture. Immédiatement, les clients qui annulent leur course sont dans l’obligation de payer un dédommagement de quelques yuans (moins d’un euro) qui va directement dans la poche du chauffeur. Quant aux quelques courageux qui ont accepté la course avec un chauffeur, quelques minutes après avoir commandé leur voiture, la course débutait – comme s’il était monté dans la voiture – avant de s’arrêter quelques minutes plus tard. Là encore, le but est de faire payer le client pour cette course imaginaire. Une arnaque parfaitement rodée.

img_2540

Uber a rapidement banni les comptes incriminés

L’arnaque s’est rapidement propagée dans diverses villes chinoises. Les médias chinois indiquent ainsi que des chauffeurs zombies ont été vu dans les villes de Tianjin, Qingdao, Chengdu, Xiamen, Pékin, Shanghai, Zhengzhou et Suzhou. Uber, qui a été rapidement prévenu de l’arnaque, indique avoir banni chacun des chauffeurs zombies dénoncés par ses clients et avoir remboursés ces derniers des sommes prélevées.

Afin de contrer ce genre d’arnaque, Uber avait d’ailleurs déployé en avril dernier une mise à jour au sein de son application qui permettait, via un système de reconnaissance faciale, de vérifier que la photo du conducteur correspondait bien à son vrai visage. Et qui visiblement aurait besoin de quelques améliorations…