Les autorités françaises mettent What.CD à terre et internet pleure

Général

Par Elodie le

L’hécatombe des sites de streaming et torrents se poursuit. La dernière victime n’est autre que What.CD, rassemblant l’une des plus importantes communautés de torrents musicaux.

what-cd-fermeture-torrent
Berlin Calling

Les gendarmes du Centre de lutte contre les criminalités numériques (C3N), selon Zataz, viennent d’accrocher un nouveau site à leur tableau de chasse : après 10 ans d’existence, What.CD, le site aux 3 millions de torrents tire sa révérence. L’ensemble de ses serveurs, douze au total, a été saisi dans la journée du 17 novembre.

C’est toute une communauté de mélomanes qui se retrouve orpheline. Une communauté qui faisait de What.CD un site à part : ses utilisateurs ne se contentaient pas seulement de rechercher et proposer du contenu rare, introuvable ailleurs, ils prenaient un soin particulier à fournir moult détails sur les titres présentés, faisant de What.CD une véritable encyclopédie musicale. De plus, ils imposaient des règles claires sur la qualité et les formats des fichiers proposés.

3 millions de torrents et une communauté de mélomanes

Désormais, ce message s’affiche sur la page d’accueil du site

what-cd-shutdown

« En raison d’événements récents, What.CD a fermé. Nous n’avons pas prévu de revenir dans un avenir proche sous notre forme actuelle. Le site et l’ensemble des données utilisateurs ont été détruits ».

Cependant, sur Twitter, les équipes de What.CD précisent que les informations concernant la saisie et la destruction de leur base de données est inexacte. Le flou demeure.

What.CD est apparu après la fermeture de Oink qui a fonctionné entre 2004 et 2007. L’ère du torrent arrive à sa fin, estime The Verge. Sur Reddit et Twitter, les fans accusent le coup.

« Merci What.CD pour avoir réuni la meilleure collection musicale que le monde n’ait jamais eu. »

« Dieu vous bénisse tous et tout ce que vous avez fait. Vous allez me manquer mais j’espère et prie pour votre retour sous une forme ou une autre »

Source: Source