Contre les discours de haine, la Commission européenne demande plus de résultats

Sur le web

Par Olivier le

Les géants américains du web ne font pas suffisamment d’efforts pour éradiquer les discours haineux qui se propagent sur leurs services. C’est le constat dressé par la Commission européenne, qui vise nommément Facebook, Twitter, YouTube et Microsoft.

Il y a six mois, ces multinationales signaient un code de conduite les contraignant à réagir sous les 24 heures au signalement de messages propageant la haine. Parmi les actions possibles, on trouve le retrait du contenu en question, mais aussi une meilleure coopération avec les organisations de veille, ainsi que la promotion des discours luttant contre la haine.

À l’heure du premier bilan dressé par la commissaire européenne Vera Jourova, le compte n’y est pas, le respect du code de conduite était « loin d’être satisfaisant », souligne-t-elle. Dans la pratique, les entreprises visées ne traitent que 40 % des demandes dans les 24 heures. Après 48 heures, le chiffre monte à 80 %.

La Commission gronde

Ces résultats montrent qu’il est possible d’atteindre l’objectif fixé par la Commission. Mais il faut que les groupes internet y mettent plus de moyens, réclame l’exécutif de Bruxelles. Et la Commission ne plaisante pas : si ces entreprises ne travaillent pas suffisamment rapidement, les autorités européennes peuvent prendre des mesures législatives qui seront bien plus contraignantes qu’un code de conduite.

Le rapport de Vera Jourova montre que la suppression de posts racistes en France et en Allemagne a progressé de 50 %, mais de 11 % seulement en Autriche, et de 4 % en Italie. Les ministres européens de la Justice des États membres se réuniront ce jeudi pour discuter de ce problème.

Source: Source