[Dans le projo’] La chaîne YouTube Nexus VI, spécialisée dans la science-fiction

Sur le web

Par zecastor le

Cela fait maintenant deux ans précisément que le cap’tain du Nexus VI et son équipage animent une chronique autour de l’univers de la science-fiction, et pour l’occasion, on a demandé à l’équipe de nous parler un peu de son travail.

Cinéma, jeux vidéo, romans, bande dessinée, tout y est abordé pourvu qu’on y parle d’aliens, de vaisseaux ou de fin apocalyptique. Le principe est simple et efficace, la chronique commence et termine par une mise en situation originale, dans lesquels le cap’tain et son équipe – Slexno, Sayreel, Robin, le copilote – vont être confrontés à toutes sortes d’aventures, clins d’œil, parodies, pastiches de l’univers qu’ils s’apprêtent à commenter. Puis vient la chronique du cap’tain dans son poste de pilotage décortiquant des licences cultes comme Alien, Terminator, Blade Runner, le tout parsemés de mini-sketch. Nous avons profité de cet anniversaire pour interroger le Cap’tain du Nexus VI.

Comment est-ce que cette aventure a commencé ?

Slexno, Sayreel et Thomas (qui s’occupe du son sur le projet) avaient douze ans d’expérience dans l’audiovisuel et c’est sous l’impulsion de Sayreel que c’est devenu une association puis une société de production, la Fensch Toast. Ces dernières années, nous avons vu l’explosion de la création sur YouTube sans avoir le temps de nous y consacrer. Pour être honnête c’était assez frustrant. Et donc, c’est moi qui ai eu cette idée, en tant que fan de science-fiction, que de parler d’abord de littérature, puis de l’étendre à l’univers du cinéma, de la BD et des jeux vidéo. C’est en décembre 2014 que le premier épisode de la chaîne YouTube Nexus VI est mis en ligne et, 2 ans plus tard, ce sont 89 000 personnes qui suivent assidûment la chaîne.

Aujourd’hui vous produisez et diffusez un épisode tous les mois alternant entre des petites news, des reviews, et les gros dossiers ? Cela prend combien de temps ?

Alors, en gros, c’est 3 mois de travail. Mis bout à bout, cela représenterait 2 semaines pleines comprenant l’écriture, le tournage, la post production et les FX…

Dans un tel et vaste univers, le choix ne doit pas être aisé que de choisir sa prochaine cible pour sa chronique ?

De base, l’objectif n’était que de parler de choses sur lesquelles je pouvais avoir un certain recul. La ligne éditoriale n’est pas basée sur les œuvres, mais principalement sur des axes. Par exemple, lorsque j’aborde le « post apo », il faut qu’il y ait un propos. Est-ce qu’au final vivre dans un monde post apo, ce n’est pas revenir à une société plus simple, plus libre, telle qu’on la vivait lorsqu’on était des chasseurs cueilleurs, et qu’il n’y avait pas cette société ? Plus qu’une critique, et un divertissement, c’est aussi et surtout la mise en avant d’un processus de réflexion.

Eh bien merci. Et pour la chaîne YouTube, c’est ici que ça se passe.

Des YouTubers qu’on vous recommande par ailleurs

6 YouTubeurs scientifiques
Les 7 Youtubeurs cinéma