Siri, Google Now ou Cortana vont-ils tuer les applications mobiles ?

Smartphone

Par Gaël Weiss le

C’est la question que se pose aujourd’hui le cabinet d’étude Gartner suite à la publication d’une étude sur l’utilisation des assistants virtuels des smartphones (ou VPA pour virtual personal assistant). Non seulement ces assistants sont de plus en plus utilisés, mais ils pourraient intégrer tellement de services à l’avenir que les utilisateurs pourraient « oublier » les applications installées sur leur téléphone.

google-now

Inutile Siri ou Google Now sur un smartphone ? Pas tellement si l’on en croit la récente étude menée par Gartner sur un petit échantillon de 3000 personnes habitant les États-Unis, le Royaume-Uni et la Chine. Selon le cabinet d’étude, 42 % des Américains et 32 % des Anglais auraient utilisé ces VPA au moins une fois durant les trois derniers mois. Ils en feraient d’ailleurs une utilisation plus régulière qu’il n’y paraît puisque 37 % des Américains et Anglais utiliseraient ces assistants au moins une fois par jour.

Une interaction sur 5 passera par un assistant virtuel d’ici 2019

Et sans surprise, c’est Google Now et Siri qui sont les assistants virtuels les plus utilisés par les Anglais et les Américains. Siri est ainsi utilisée par 44 % des utilisateurs des deux pays anglophones, tandis que Google Now est utilisé par 48 % des Américains et 41 % des anglais. On ne sait en revanche pas ce qu’utilisent essentiellement les utilisateurs chinois.

Pour Gartner, il ne fait toutefois aucun doute que les assistants personnels vont prendre de plus en plus d’ampleur avec les années. Si les VPA sont aujourd’hui utilisés pour des tâches très simples (faire une recherche sur Internet, envoyer un texto en conduisant, par exemple), ils vont intégrer de plus en plus de fonctionnalités avec le temps. Le cabinet d’étude prévoit ainsi qu’en 2019, 20 % des interactions avec le smartphone passeront par les assistants virtuels.

Les messageries instantanées, premier pas vers la fin des applications mobiles

Pourquoi ? Parce qu’ils vont peu à peu remplacer les applications installées sur nos smartphones. Annette Zimmermann, l’une des analystes de Gartner y va des sa petite prédiction :

Les interactions avec les smartphones se concentreront moins sur les écrans tactiles et se déporter sur la voix, les technologies alentours, la biométrique, les mouvements et les gestes.

Une transition qui devrait se faire en douceur. Gartner constate ainsi qu’en Chine, les applications de messageries comme WeChat remplacent déjà de nombreuses autres applications. Elles permettent de payer, de commander un taxi, de trouver des services alentours et servent également de réseau social. Une tendance qui commence à arriver doucement en occident avec l’introduction de services au sein de Facebook Messenger (SAV, Uber, paiements divers), entre autre.