La police américaine va se servir des enregistrements d’un Echo d’Amazon dans le cadre d’une enquête de meurtre

Ville de Geeks

Par Gaël Weiss le

Une nouvelle affaire vient prouver une fois de plus que les objets connectés vont considérablement influer sur notre quotidien. La police américaine s’est saisie d’un Amazon Echo d’une victime de meurtre afin d’y extraire toutes les preuves possibles. Elle a également demandé à Amazon de livrer certaines informations présentes sur ses serveurs liées à cet Echo.

L'Amazon Echo.
L’Amazon Echo.

L’affaire se passe dans l’Arkansas en 2015, et plus précisément dans le jacuzzi d’un certain James Andrew Bates. Il s’avère qu’en novembre 2015, un corps a été retrouvé le jacuzzi de ce monsieur. Et il est aujourd’hui suspecté et accusé du meurtre en question. Malheureusement pour lui, James Andrew Bates ne possédait pas uniquement une grande baignoire à bulle, il disposait également d’un thermostat Nest, d’un système d’alarme connecté et surtout d’un Echo d’Amazon.


Pour l’instant l’Echo n’est vendu qu’aux Etats-Unis.

L’Echo d’Amazon, rappelons-le, est un assistant vocal virtuel qui prend la forme d’une petite enceinte cylindrique et qui a la particularité « d’écouter » les demandes de ses utilisateurs. Il permet aussi bien de faire des recherches très simples que de diffuser de la musique ou encore de passer des commandes sur le site Amazon.

Un Echo démonté afin de fouiller sa mémoire et trouver des preuves

Afin de rechercher des preuves impliquant James Andrew Bates dans cette histoire de meurtre, la police américaine a demandé à Amazon de lui transmettre toutes les données récupérées par son Echo et plus précisément les enregistrements audio. Amazon a refusé de transmettre les données liées à l’Echo d’Amazon. En revanche, la société américaine a fourni des informations sur son compte Amazon ainsi que son historique d’achat. Elle affirme qu’un simple mandat de perquisition ne suffit pas pour qu’elle transmette l’intégralité des informations demandées.

Mais la police américaine est allée plus loin, et n’a pas attendu la réponse d’Amazon. Elle s’est en effet saisie de l’Echo de James Andrew Bates (mais aussi de ses différents smartphones) pour le démonter et récupérer les données qu’il contenait. On ne sait pas précisément ce qu’elle y a trouvé, mais un autre mandat de perquisition indique qu’elle pensait y trouver des enregistrements audio et « d’autres data ». De quoi inculper James Andrew Bates pour meurtre ? L’affaire, toujours en cours d’instruction, ne le dit pas.

Un assistant vocal qui n’enregistre pas tout le temps mais qui écoute beaucoup

Car rien n’assure que l’Echo a enregistré des conversations cruciales. Officiellement, l’Echo enregistre les conversations des utilisateurs uniquement lorsqu’elle entend le mot clé « Alexa ». Mais s’il réagit à ce mot, c’est qu’elle écoute en permanence les utilisateurs et garde forcément des traces de ce qui ne le concerne pas. Et même si Amazon a pensé à intégrer un bouton « Mute » à son Echo pour qu’il n’écoute plus du tout les conversations des utilisateurs, ces derniers n’ont pas forcément le réflexe de l’utiliser.

Selon iFixit, l'Echo comprend une mémoire flash de 4 Go.
Selon iFixit, l’Echo comprend une mémoire flash de 4 Go.

Ce qui est certain en revanche, c’est que les polices du monde entier vont s’intéresser de plus en plus à ces objets connectés dans le cadre d’enquêtes. Mais dans quelle mesure ? Passe encore pour une affaire de meurtre – après tout, cet Echo pourrait bien innocenter Bates – mais dans le cadre d’affaires mineures ? Il ne fait aucun doute que d’ici quelques années (ou mois ?), l’un de ces objets connectés jouera un rôle crucial dans une affaire judiciaire. C’est aussi ça le futur assisté par des IA.

Source: Source