Un cadre d’Oculus arrêté pour avoir voulu payer en échange de rapports sexuels avec une mineure

Par Corentin le

Nouveau coup dur pour Oculus. Le site King 5 affilié à NBC rapporte qu’un haut cadre de la société a été arrêté par la police de Tukwila, dans l’État de Washington. Il a été piégé par un inspecteur sous couverture qui se faisait passer pour une fille de 15 ans pour laquelle l’intéressé avait donné une somme d’argent en échange de rapports sexuels.

oculus_rift_logo

Les temps sont décidément difficiles pour Oculus, la société à l’origine de l’Oculus Rift et détenue par Facebook. Le chef de la division « Computer Vision » et « Machine Learning », Dov Katz a été pris en flagrant délit de tentative d’abus sexuel sur mineure dans un cadre commercial. Les documents émis par la Police et partagés par le site GeekWire dévoilent que l’homme a été piégé par une opération intitulée « Buyer Beware ». Il s’agissait de fausses annonces d’escort girls dans lequel un officier de police sous couverture propose au client des filles plus jeunes.

Initialement, c’est une fille de 19 ans qui a été proposée à Katz, puis l’officier lui a demandé si le fait qu’elle soit plus jeune était bon quand même. Après plusieurs échanges, l’officier à finalement proposé une jeune fille mineure de 15 ans, tout en précisant clairement son âge. Katz a par plusieurs reprises demandé d’autres photos de cette escort girl manifestement illégale. Puis, il s’est dirigé vers un lieu de rendez-vous convenu avec l’inspecteur, 600 dollars en poche pour payer les services de la jeune fille. C’est à ce moment-là qu’il s’est fait arrêter.

Katz a expliqué pour se défendre qu’il venait pour sauver la jeune fille, mais cela est contredit par les messages envoyés. Les policiers lui ont également dit que si c’était vraiment le cas, il aurait simplement dû prévenir la police.

Palmer Luckey

Le scandale de trop pour Oculus ?

L’image d’Oculus est à nouveau écornée. En septembre dernier, de nombreux développeurs ont manifesté leur désapprobation quant au financement par Palmer Luckey, le fondateur de la société, de groupes de propagande en ligne pro-Trump. Certains ont même annoncé qu’ils refusaient de continuer de travailler sur l’Oculus Rift, obligeant les employés de l’entreprise à faire des pieds et des mains pour les ramener au bercail.

Cette affaire, clairement plus grave risque encore une fois de rafraîchir les relations entre Oculus et ses partenaires. Quoi qu’il en soit, il faut s’attendre à ce que des mesures soient prises dans les prochains jours.

> Via PC Games N

stopwatch 2 min.