Dailymotion bientôt bloqué en Russie

Sur le web

Par Elodie le

Après LinkedIn il y a quelques semaines, c’est au tour de Dailymotion d’être bloqué en Russie. Pour des raisons de droit d’auteur cette fois-ci.

dailymotion-bloqué-russie

Dailymotion s’ajoute à la longue liste des services occidentaux qui n’ont plus droit de cité sur le web russe.

Dotée d’un nouvel appareil juridique en matière de lutte contre le piratage depuis mai 2015, la Russie vient de faire une nouvelle victime. La justice a d’ordonné le blocage complet de la plateforme Dailymotion, rapporte Vedomosti. Un blocage rendu effectif d’ici la fin de semaine par le Roskomnadzor, le régulateur des médias russes.

Infractions répétées au droit d’auteur

Saisi par la chaîne locale Piatnitsa, propriété de la plus grande holding de médias russes Gazprom-Media, pour avoir hébergé son contenu en totale infraction avec le droit d’auteur, le tribunal de Moscou a exigé son retrait auprès de la plateforme française, rachetée par Vivendi. Dailymotion aurait tardé à s’exécuter et se voit aujourd’hui sanctionnée.

Une première demande de retrait de contenu a été formulée auprès de Dailymotion en mai dernier et satisfaite. Puis une nouvelle demande lui a été transmise en août, restée lettre morte selon le tribunal. Le blocage a donc été requis au regard des infractions répétées aux droits d’auteur. La chaîne russe explique avoir formulé plusieurs demandes de retrait au siège social de la plateforme avant de se tourner vers la justice pour faire respecter ses droits.

Dailymotion dit avoir pris connaissance de la décision, mais assure n’avoir vu passer « aucune trace de demande de retrait » et « va prendre contact avec les autorités sur place pour remédier à la situation ».

Blocage effectif en fin de semaine

Toutefois, la justice russe n’ayant reçu aucune demande d’appel dans les délais impartis, le régulateur a fait savoir que la décision était irrévocable. Ce dernier va donc procéder au blocage complet de la plateforme.

En revanche, le blocage de LinkedIn (site et application) ordonné en début d’année se repose sur le non-respect d’une loi nationale imposant le stockage des données utilisateurs sur le territoire. Depuis 2014, Moscou exige que les données utilisateurs des internautes russes soient stockées sur des serveurs en Russie, comme la loi « sur l’information, les technologies de l’information et la protection de l’information » l’exige . Effective depuis 2016, elle concerne directement les géants du web US tels que Google, Facebook, Twitter ou encore Apple et Microsoft.

Source: Source