Le patron de Radio France appelle à une redevance TV pour tous

Sur le web

Par Elodie le

Véritable serpent de mer des politiques publiques, la redevance télé revient régulièrement sur le devant de la scène. Alors que l’élargissement de son assiette aux objets connectés fait toujours débat, le patron de radio France, Mathieu Gallet, appelle à une « indispensable » réforme de la contribution à l’audiovisuel public et suggère de taxer tous les foyers français.

mathieu-gallet-radio-france-reforme-redevance-tv

Après des débuts chahutés, l’ancien patron de l’INA (de 2010 à 2014) peut sourire, fort de résultats plutôt positifs, Mathieu Gallet fait part de ses ambitions au journal Le Monde, alors qu’il entame la seconde moitié de son mandat à la tête de Radio France.

Confronté à un besoin de financement important pour assurer le virage du numérique, Mathieu Gallet estime « qu’une réforme [de la redevance audiovisuelle] est absolument indispensable, si l’on ne veut pas connaitre une baisse de nos ressources », pointant un changement dans les usages puisque « beaucoup de foyers n’achètent plus de téléviseur ».

Une réforme de la redevance “indispensable

Selon lui, le France aurait tout intérêt à « s’inspirer d’un pays comme l’Allemagne qui a changé de modèle et où chaque foyer participe au financement de l’audiovisuel public ». L’enjeu est important : « Dans ce monde de plateformes, veut-on des médias publics forts avec des financements pérennes ? » questionne-t-il. A l’ère des « fakes news» et autres « faits alternatifs », Mathieu Gallet se dit « convaincu du rôle des médias publics dans la bonne santé démocratique de nos sociétés».

Mathieu Gallet au micro d'Europe 1
Mathieu Gallet au micro d’Europe 1

Le « service public sait faire de l’audience et se réformer », France Inter est un bel exemple de réussite. Les vidéos des humoristes de la radio « réalisent des records sur YouTube et Facebook », l’audience des podcasts a triplé, « à 50 millions d’écoutes en décembre 2016 », faisant de France Inter « la radio la plus écoutée en numérique ».

Un sujet délicat en période électorale

Pendant la mandature de François Hollande, la redevance télé n’a jamais véritablement été au cœur des débats, sans véritablement cesser d’être débattue. Sujet sensible par période électorale, elle a finalement été exclue de la loi de finances 2016 et a peu de chance d’être réformée courant 2017. l’élargissement de son assiette ou son élargissement aux objets connectés n’est pourtant pas à exclure. Pour l’instant, l’effort a été reporté sur les FAI qui ont vu leur taxe augmenter de 44 %, quand les foyers assujettis n’étaient soumis qu’à une augmentation d’un euro. En 2017, cette augmentation double pour atteindre 139 € en métropole et 89 euros (contre 87 euros auparavant) en outre-mer.

élargissement_redevance_tv_appareils_connectés

En votant une réforme de la redevance comme souhaitée par Mathieu Gallet, le montant de la redevance pourrait diminuer, sans toucher au budget général alloué, puisque l’effort serait réparti à l’ensemble de la population. L’augmentation de 2 euros prévue pour 2017 devrait générer un gain de 63 millions d’euros à l’audiovisuel public. Le gouvernement pourrait aussi élargir l’assiette sans toucher au montant de la redevance, gonflant d’autant plus la cagnotte dédiée à l’audiovisuel public. Radio France est le deuxième bénéficiaire de la redevance, derrière France Télévisions.