Vendredi, Cassini va faire son baroud d’honneur en plongeant dans l’atmosphère infernale de Saturne

Espace

Par Pierre le

À l’heure où nous écrivons ces lignes, la sonde Cassini fonce tout droit vers Saturne. Vendredi prochain à midi heure française, soit le 15 septembre, elle plongera dans l’atmosphère infernale de la géante gazeuse, mettant fin à une mission de plus de vingt ans.

La fin du voyage

La NASA a commencé ce qu’elle appelle le « Grand finale ». Alors que la sonde se rapproche de Saturne depuis maintenant six mois, elle a survolé hier le satellite Titan (un survol à 120 000 kilomètres, tout de même), ce qui a eu pour cause de modifier sa trajectoire afin de la faire plonger vers la géante gazeuse à plus de 110 000 kilomètres à l’heure. Peu avant sa plongée, le jeudi soir, elle prendra une dernière image de la planète et l’enverra vers la Terre.

La sonde sera bien évidemment détruite dans le processus. La chaleur et les vents infernaux vont disloquer la sonde partie de Terre en 1997. Une destruction pendant laquelle la sonde enregistrera ses dernières données, qui arriveront sur Terre une heure plus tard.

La NASA a choisi ce mode de destruction pour une raison : éviter de contaminer les satellites de la géante gazeuse, afin de les préserver au maximum. Des satellites que la sonde a par ailleurs étudié avec soin depuis 2004, date à laquelle elle est arrivée en orbite après 7 ans de voyage. Mais c’est bien plus qu’un voyage de vingt ans qui sera achevé vendredi midi.

Un travail de Titan

En effet, le projet même de Cassini-Huygens date des années 80 et est un partenariat entre la NASA et l’agence spatiale Européenne. Cette dernière a conçu le module Huygens, qui s’est posé sur Titan en janvier 2005. Un tour de force qui nous a permis d’en apprendre plus sur cet astre fascinant et d’avoir une image de la surface.

Cassini a lui continué à orbiter autour de Saturne et de ses satellites pendant plus de 12 ans, nous livrant de magnifiques clichés et nous en apprenant plus sur certains d’entre eux, comme la lune gelée Encelade qui cacherait un immense océan sous sa surface.

Adieu petite sonde, tu vas nous manquer.