[Alors, on regarde ?] Mr. Robot Saison_3.0

Série

Par Jules le

L’excellente série de Sam Esmail revient enfin, après plus d’un an d’attente, pour une troisième saison toujours portée par Rami Malek. Si la révolution reste en marche, la formule de Mr. Robot fonctionne-t-elle toujours ? (Attention, ce texte contient quelques spoilers).

Elliot Alderson et ses proches ne sont pas au meilleur de leur forme. Alors qu’ils se sont jetés au coeur de l’ouragan pour mener à bien leur révolution contre Evil Corp, non seulement ils y ont laissé des plumes, voire une aile pour certains, mais leur combat a changé de main.

On assiste donc, à travers le premier épisode de cette saison 3, au calme APRÈS la tempête. Les personnages se remettent difficilement de leurs péripéties et découvrent que tout ce qu’ils ont essayé de construire est en train de s’effondrer. Pire, Evil Corp et le gouvernement américain semblent être ressorti grandi de l’attaque infructueuse de F-Society, alors que la Dark Army donne désormais le La pour la suite des opérations.

charact3r_pr0fil updated

Le spectateur retrouve donc un Rami Malek en grande forme, toujours juste dans son interprétation du hacker névrosé qu’est Elliot. La scission entre lui et son double plus combatif, Mr. Robot se fait de plus en plus net. D’autant qu’Elliot est en proie au doute. Il se questionne sur son contrôle des évènements. Le personnage sait qu’il garde la main sur sa relation avec le spectateur, ce qui se traduit par une mise en scène toujours aussi habile (le contrôle du volume par exemple selon le bon vouloir du hacker) et par la destruction régulière du quatrième mur. Mais il a également conscience que son influence sur l’intrigue est amoindrie.

Force est de constater que Sam Esmail a choisi d’offrir aussi plus de profondeur à ses personnages secondaires. S’il est difficile à juger à travers un seul épisode, ce travail d’écriture se ressent surtout à travers les personnages de Angela Moss (Portia Doubleday) et Darlene Alderson (Carly Chaikin). Alors que la première semble jouir d’une meilleure présence à l’écran tout en ayant des motivations de plus en plus floues, la seconde pâtit fortement des choix de son frère ainsi que de ses propres ambitions, et laisse apparaître des sentiments qu’on ne lui connaissait pas.

Ce début de troisième saison est aussi l’occasion de découvrir le mystérieux Mr. Irving, incarné par Bobby Cannavale (Boardwalk Empire, Vinyl). Le rôle de cet énigmatique vendeur de voitures n’est pas encore totalement défini, tout juste sait-on qu’il doit surveiller Elliot.

rest4rt n4rr4ti0n.exe

La narration et la mise en scène changent aussi avec cette troisième saison. Sam Esmail semble avoir tenu compte des reproches faits par les fans à la deuxième saison, notamment vis-à-vis d’une certaine longueur dans le déroulement de l’intrigue, et opte pour un rythme plus nerveux, plus direct. « Il y un sentiment d’accélération dans l’histoire, confiait ainsi le créateur de la série dans une interview à Entertainment Weekly, car nous arriverons vers la fin de la partie. »

Toutefois, Sam Esmail n’oublie pas de jouer avec l’esprit des spectateurs et construit toujours ses épisodes comme les pièces d’un immense et complexe puzzle dont l’image ne se dévoilera qu’à la fin de la saison.

Il faut dire que le contexte géopolitique actuel est du pain béni pour Sam Esmail. Le showrunner ne se prive pas de multiplier les références à l’administration Trump et sa politique intérieure désastreuse, au Brexit, à la montée de l’extrême-droite aux États-Unis, au contrôle grandissant des multinationales et à la restriction des libertés sous couvert de rassurer la population.

Alors, on regarde ? Oui sans hésitation, tant pour son intrigue prenante que pour son jeu d’acteurs juste et poignant. Sam Esmail n’a rien perdu de sa maîtrise de la narration et prend toujours un malin plaisir à jouer avec la perception du spectateur. Jeu auquel on le laisse volontiers s’adonner.

Diffusée depuis le 11 octobre 2017 sur USA Network, la saison 3 de Mr. Robot comporte 10 épisodes de 50 minutes.