Et si le monstrueux Disney avait racheté la 21st Century Fox ? Des discussions ont eu lieu selon la presse américaine

Business

Par Fabio le

Après avoir racheté Pixar et investi dans Marvel Entertainment ou Lucasfilm, Disney aurait pu réaliser un autre très gros coup en obtenant les départements liés au divertissement chez 21st Century Fox.

Aladdin

« Aurait pu », car selon The Wall Street Journal ou CNBC, ces discussions n’ont pour le moment rien donné. Ce qu’on sait, c’est que ces pourparlers portaient sur l’acquisition par Disney des départements cinéma et télévision de la Fox, la société américaine centrant alors son activité sur le sport et l’actualité avec Fox Sports et Fox News.

Le monstre à 38 têtes

On imagine en tout cas la taille et l’importance que Disney aurait encore un peu plus prise avec cette acquisition. Aujourd’hui, la société américaine truste déjà les hauts du classement du box office, et place chaque année plusieurs de ses titres dans les sorties les plus lucratives de l’année grâce aux univers Star Wars et Marvel mais aussi avec sa division animation (coucou Pixar). En 2016 par exemple, en Amérique du Nord, les trois premières places du box office sont revenues à des longs-métrages Disney (Rogue One, Le Monde de Dory et Captain America: Civil War). Avec l’obtention des droits de la Fox, ce sont les licences X-Men, Avatar, Alien ou encore La Planète des Singes qui seraient tombées dans le giron de l’Américain. Costaud !

Si l’emprise de Disney sur l’industrie du cinéma avait été renforcée, le rachat de la Fox l’aurait également aidé pour concurrencer Netflix sur les plateformes de streaming légales. En août dernier, Disney confiait ses velléités sur le créneau, et ambitionnait de lancer sa propre plateforme d’ici deux ans. Sur quoi deux jours plus tard à peine, la Fox faisait part de sa volonté de faire cavalier seul en lançant son propre service. Ces deux-là avaient donc tout pour s’entendre stratégiquement parlant, d’autant que l’ajout des deux catalogues et la puissance marketing/communication de la nouvelle entité auraient été impressionnants.

Partie remise ?

Reste que, pour l’heure, les discussions n’ont pas abouti. Et en attendant d’épouser ses rêves hégémoniques, Disney devra faire avec ce qu’il a à la maison, c’est à dire du « gros ». D’ici le 1er janvier 2018, c’est Coco qui débarquera dans les salles, avant que ne débarque l’épouvantail annuel avec Star Wars Episode VIII The Last Jedi, le 13 décembre.

Source: Source