Après le code source de l’Apple DOS, c’est celui du LISA OS qui devrait être rendu public en 2018

Apple

Par Kevin-J le

En 2013 Apple, en partenariat avec le Computer History Museum, avait fait un joli cadeau aux nostalgiques de ses vieille machines en offrant au public le code source de son Apple DOS. Aujourd’hui, les deux entités collaborent à nouveau ensemble afin de proposer à tous le code source de son LISA OS dans le courant de l’année 2018.

C’est Al Kossow, curateur pour le compte du Computer History Museum qui a très récemment annoncé avoir récupéré le code source et les applications de cet OS. Après les avoir légèrement modifiés (pour les convertir sous Unix notamment), il a soumis l’ensemble à Apple pour vérification, et espère être en mesure de les diffuser au grand public l’année prochaine.

Une bonne nouvelle pour les amateurs de vieilles machines et les passionnés de programmation qui pourront découvrir ou redécouvrir cet ordinateur fascinant. Pour rappel, le LISA est un ordinateur qui a vu le jour en 1983 après quelques cinq années de développement, et qui a connu un flop retentissant. Trop en avance pour son temps, trop cher (près de 10 000 dollars de l’époque, imaginez), cet ordinateur reste aujourd’hui encore une tache indélébile pour Apple, et un objet de fascination pour les amateurs de la marque.

Une véritable machine de guerre

Fortement inspiré par les stations de travail Xerox, que Steve Jobs avait eu l’occasion de découvrir à l’occasion d’une visite du Xerox PARC Lab, et qui avait mené à une rivalité avec Bill Gates, cet ordinateur avait pour lui une interface graphique complète, avancée et était même capable de gérer le multitâche. Une prouesse pour l’époque, encore rehaussée par le fait que le LISA proposait aussi un clavier et une souris séparés du corps de l’ordinateur.

Construit autour d’un processeur 68000 à 5 MHz, équipé d’un mégaoctet de RAM et d’un disque dur externe de 5 Mo (mazette), cet ordinateur était une véritable machine de guerre censée faciliter le travail et augmenter la productivité. Une puissance et une flexibilité qui avait un coût, jugé trop important pour les utilisateurs de l’époque. Cet échec à cependant ouvert la voie au Macintosh qui, bien que moins puissants et versatile, était vendu presque deux fois moins cher.

Source: Source