Russie : des ingénieurs arrêtés pour avoir miné de la cryptomonnaie dans un centre nucléaire

Sur le web

Par Mathieu le

La création de bitcoins, c’est facile, il suffit « juste » d’un peu de temps et d’une bonne machine pour se faire un peu d’argent. En Russie, des ingénieurs exerçant au Centre fédéral nucléaire ont ainsi tenté de miner la fameuse cryptomonnaie grâce aux puissants ordinateurs présents dans leur laboratoire. Malheureusement pour eux, ils ont vite été repérés puis arrêtés.

Bitcoin experiment

C’était une solution pour se faire un peu (ou beaucoup, c’est selon) d’argent facilement. Pour ces scientifiques russes, le Bitcoin représentait l’avenir et surtout un moyen rapide de mettre à profit les outils à leur disposition. C’est au sein d’un centre reconnu pour le développement d’armes nucléaires que les ingénieurs ont commencé à mettre en place du minage sur les super ordinateurs de leur laboratoire.

Ce « minage » consiste à créer de la cryptomonnaie via la puissance de calcul du GPU d’un ordinateur. Et autant vous dire que le Centre fédéral nucléaire possède des appareils possédant une très grande puissance qui sont mis à contribution de façon importante sur de longues durées. Une aubaine pour ces russes qui effectuaient des calculs mathématiques complexes qui demandaient énormément d’énergie aux super ordinateurs.

Un super ordinateur d’IBM

Easy virtual money

Les employés ont été repérés par leurs supérieurs qui ont ensuite contacté les forces de l’ordre. Ils ont ensuite été arrêtés pour « une tentative d’utiliser les ordinateurs professionnels à des fins personnelles, y compris pour du ‘minage’. Les ‘mineurs’ ont été interpellés par les autorités compétentes. D’après mes informations, une affaire criminelle a été ouverte » affirme Tatiana Zalesskaïa, porte-parole du laboratoire de Sarov. Pour information, le Centre fédéral nucléaire se situe à 370 kilomètres à l’est de Moscou et dépend de Rosatom, l’agence atomique russe. L’accès à la ville de Sarov est très restreint et même les citoyens russes éprouvent des difficultés pour s’y rendre. Il est équipé d’au moins un super-ordinateur avec une capacité atteignant un pétaflop, ce qui en faisait en 2011 du douzième appareil le plus puissant au monde.

Les ingénieurs devront donc répondre, devant la justice, de leur volonté d’utiliser des outils appartenant au gouvernement pour miner de la monnaie virtuelle à des fins personnelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *