Pour obtenir un visa américain, il faudra peut-être laisser les autorités fouiller vos réseaux sociaux

politique

Par Anne Cagan le

Les demandeurs de visas américains pourraient à l’avenir se voir contraints d’indiquer les pseudos qu’ils ont utilisés sur les réseaux sociaux ces cinq dernières années. Les numéros de téléphone et les voyages internationaux réalisés sur la même période seraient également passés en revue.

Réseaux sociaux, téléphone, emails… à part peut-être le journal intime, le nouveau projet des autorités américaines ne laisse plus guère d’espace privé aux demandeurs de visa.

Le département d’État souhaite leur demander de fournir tous les pseudos utilisés ces cinq dernières années sur une sélection de réseaux sociaux. Les demandeurs de visa pourraient également se voir réclamer les adresses mails et les numéros de téléphone utilisés ainsi que les voyages réalisés dans le monde sur cette même période.

Étendre le contrôle renforcé à tous

Pour l’heure, de telles informations ne sont demandées que lorsque le demandeur fait l’objet d’un contrôle renforcé. C’est par exemple ce qui se produit lorsque la personne voyage dans des zones contrôlées par des organisations terroristes.

Mais le département d’État semble bien décidé à élargir ce contrôle. Si le projet ne concerne pas les voyageurs diplomatiques ni les responsables gouvernementaux, il vise en effet aussi bien les demandeurs de visa tourisme que le personnes souhaitant immigrer aux États-Unis.

Le cas de l’ESTA n’est pas évoqué dans le projet

Le projet ne fait en revanche pas mention de l’ESTA, cette procédure simplifiée qui permet aux ressortissants de plusieurs pays (dont la France) de rester 90 jours aux États-Unis sans avoir à passer par la voie classique. Pour l’heure, nous ne savons donc pas si les personnes qui passent par l’ESTA seront concernées.

Le projet est soumis à une consultation publique de 60 jours. Il doit être approuvé par le bureau de la Gestion et du Budget pour entrer en vigueur. Les autorités font valoir que cela permettrait d’identifier des extrémistes potentiels comme ceux responsables de la fusillade de San Bernardino (ils avaient prôné le “djihad” sur les réseaux sociaux avant d’obtenir un visa). L’American Civil Liberties Union s’est, elle, vivement inquiétée des effets d’un tel projet sur la liberté d’expression et d’association.

“Les gens doivent désormais se demander si ce qu’ils disent en ligne ne risque pas d’être mal interprété ou mal compris par les autorités”, a précisé Hina Shamsi, directrice du projet relatif à la sécurité nationale de l’ACLU.

Hina Shamsi craint notamment qu’avec ce contrôle renforcé, les demandes de visa de personnes venant de pays à majorité musulmane ne soient pas traitées équitablement.

Source: Reuters

12 réponses à “Pour obtenir un visa américain, il faudra peut-être laisser les autorités fouiller vos réseaux sociaux”

  1. Bah voyons juste grâce à ça on va trouver les terroristes, ils croient avoir les comptes telegram aussi ? Et puis comment peuvent-ils même s’assurer que ça soit bien le vrai compte de la personne Facebook ne demande pas de pièce d’identité, rien n’empêche d’utiliser un compte secondaire… Bref ça ne servira pas à grand chose à part rallonger les délais de procédures et ennuyer les personnes qui n’ont rien à se reprocher.

  2. Bientôt, plus personne ne voudra de passeport étasunien…à ce moment là ils seront bien dans la ***** et ça me fera bien marrer. Pays de la liberté, mon cul!

  3. Entre allez là et la chine , je reste  en europe . Nous ne sommes pas à plaindre , il y a plein  de beaux endroits de cultures diverses .
    Déjà rien que de mettre les pieds sur le sol américain en sachant que je peux prendre une balle  perdue   …

  4. Le véritable ennemi des états-unis est déjà à l’intérieur du pays, c’est trop tard depuis longtemps.

  5. Au dernière nouvelles donner son nom sur Facebook ne donne pas accès aux publications ni informations qui ne sont pas partagée publiquement… Donc je ne vois pas bien l’interet.
    Et puis obliger les voyageurs à avoir un compte sur le site web d’une société privé américaine, n’est-ce pas un peu dérangeant ?

  6. sur un  autre site j’ai clairement lu que les pays concernés par l’ESTA ne sont pas visés par cette mesure

  7. On va faire un point : 
    – Facebook demande une pièce d’identité dans certains cas (même nom, certains pays obligatoirement, même IP utilisé pour créer des comptes dans un laps de temps…) et cela n’est pas simplement un scan du passeport mais une photo de vous en tenant dans la main le passeport.
    Maintenant Facebook(exemple) est une société américaine, de part ce fait il tombe sur la loi patriote qui oblige à fournir un accès à l’état.
    On peut donc déduire que cela permettra en couplant des technos de reconnaissance et de deeplearning de retrouver énormément d’information sur la personne et ces contacts.   
    Le but : Pouvoir refuser quand on a un doute, surveiller quand on a besoin, arrêter la personne en donnant le visa, et dès qu’elle pose le pied au USA l’inculper pour une raison X (oui la loi américaine ne s’applique que au USA /! MAIS /! si vous faites quelques choses d’illégal hors US on peut vous poursuivre au moment on vous mettez le pied sur leur territoire.

    Pour info j’ai eu le droit au contrôle poussé en 2010 ( a poil ect…) étonnamment en quittant les US et non a l’arrivé…

  8. Tous les pays qui doivent remplir le formulaire ESTA (notamment la France) ne sont pas concernés par cette mesure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *