“Don’t be evil” : Google essaye-t-il de se débarrasser de son slogan ?

Sur le web

Par Anne Cagan le

Dans son code de conduite, la firme a discrètement relégué au second plan son célèbre slogan informel. 

Si Google espérait que ce changement passe inaperçu, c’est raté. Bien que la firme n’ait pas communiqué dessus, nos confrères de Gizmodo révèlent que le code de conduite de la firme a subi une modification significative : le célèbre slogan informel “Don’t be evil” a été relégué au second plan.

Comme on peut le voir dans l’archive de la WayBack Machine du 21 avril, l’ancienne version démarrait en effet sur ses mots puis s’y référait régulièrement pour développer ses principaux généraux.

“ ‘Ne soyez pas malveillants’. Les Googlers pensent souvent que ces mots désignent la façon dont nous nous mettons au service des utilisateurs. Mais le slogan ‘Ne soyez pas malveillant’ c’est bien plus que cela. Oui, cela implique de fournir à nos utilisateurs un accès impartial à l’information, en se concentrant sur leurs besoins et en leur donnant les meilleurs produits et services possible. Mais cela implique également de faire ce qui est juste de manière plus globale : respecter la loi, agir honorablement, et traiter ses collaborateurs avec courtoisie et respect.

Le slogan a été relégué à la toute fin du texte

Dans la nouvelle version, le slogan n’occupe qu’une place très secondaire puisqu’il n’apparaît qu’une fois et à la toute fin du texte, comme une sorte de clin d’oeil.

“Et n’oubliez pas… ne soyez pas malveillant. Et si vous voyez quelque chose qui ne vous semble pas juste, parlez-en !”

Ce changement est très symbolique compte tenu de la notoriété de la devise et de son ancienneté. Comme le rappelle Gizmodo, le slogan “Don’t be evil” fait en effet partie du code de conduite de l’entreprise depuis 2000.

Ce changement présage-t-il pour autant d’un changement de politique radical de la part de Google ? Probablement pas. Il est plus vraisemblable qu’un conseiller en com’ ait fait remarquer que le slogan “Don’t be evil” avait un effet un peu contre-productif. Si la devise se veut positive, il devient en effet difficile de ne pas se mettre précisément à penser, en l’entendant, à tous les projets machiavéliques qu’une entreprise de l’envergure de Google pourrait mettre en place si elle le souhaitait.

Source: Gizmodo