Gastronomie : La France devra obligatoirement se mettre au doggy bag

Général

Par Henri le

La France est considérée à raison comme un pays de gastronomes. De ce fait, le phénomène des doggy bags ne s’y est jamais vraiment développé. Cela devrait changer bientôt.

Alors que cela n’étonne personne aux États-Unis ou en Angleterre, demander un doggy bag est souvent plus compliqué chez nous. Une retenue qui cause pourtant un gâchis alimentaire considérable. C’est dans cette optique que la mise à disposition de doggy bags, c’est-à-dire des plats permettant de repartir du restaurant avec les restes de son repas, va être progressivement rendu obligatoire.

Un amendement voté dimanche à l’Assemblée indique que les restaurateurs devront proposer ces contenants avant le 1er juillet 2021. « C’est génial, une telle avancée va faire date » a déclaré le Député LREM (La République en Marche) Mathieu Orphelin, cosignataire de la mesure qui a salué l’arrivée « d’un outil intéressant pour lutter contre le gaspillage alimentaire ».

Berengère Abba, auteure de l’amendement, s’est félicitée de la nouvelle soulignant « le fruit d’un travail de construction » entre députés. Le gouvernement ne s’est pas opposé à la mesure, qui prendra donc effet dans trois ans environ. Il faut toutefois signaler que les offres à volontés et les bouteilles consignées sont exclues de l’amendement.

Certains députés LR (Les Républicains) ont tempéré cet enthousiasme, voulant éviter « l’effet de mode ». Ils expliquent que cela pourrait engendrer « des contraintes et un coût » aux restaurateurs, comme l’a expliqué le député du Cantal Vincent Descoeur (LR). Des questions concernant les matériaux utilisés et leur conséquence sur l’environnement ont également été posées.

Madame Abba a alors rétorqué que les contenants ne coutaient « que quelques centimes » par pièce. De manière générale, les élus se sont de toute façon montrés favorables à un essai.

« Je pense que c’est une fausse bonne idée, mais après tout on peut l’essayer », a ainsi déclaré le député UDI-Agir-Indépendants Thierry Benoit. Vous l’aurez compris, finir vos burgers ne sera plus obligatoire, vous pourrez maintenant les terminer tranquillement à la maison.