La Terre vue du ciel (et du satellite météorologique le plus avancé des États-Unis)

culture geek

Par Elodie le

L’agence NOAA partage les premières images de la Terre capturées par son satellite nouvelle génération à ce jour, GOES-17, lancé dans l’espace il y a trois mois de ça.

Point de vue équatorial de la Terre à approximativement 36 000 kilomètres au-dessus de la surface. Crédits : NOAA / NASA

Capturée le 20 mai dernier et rendue publique le 31 mai, cette vue de la Terre a pu être prise par le satellite de l’agence américaine d’observation océanique et atmosphérique, la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) malgré quelques problèmes avec l’un de ses instruments.

GOES-17 travaille avec un autre satellite météorologique, GOES-16, lancé en 2016. Ces deux sondes étudient les ouragans, feux de forêt, les sécheresses ainsi que la lumière et le brouillard. Elles sont capables de balayer une grande partie de l’hémisphère occidental allant de l’Afrique à la Nouvelle-Zélande. Nous ramenant ainsi des vues saisissantes de la planète bleue.

Un satellite de pointe

Le cliché présenté par l’agence américaine a été pris par un instrument de GOES-17 appelé Advanded Baseline Imager (ABI) qui délivre des images haute résolution. L’instrument balaie la terre via 16 bandes spectrales qui permettent aux scientifiques de la NOAA et de la NASA d’étudier les mouvements et températures de différents types de nuages plus précisément que les satellites précédents. Délivrant ainsi de meilleures prévisions météorologiques.

Malgré un problème avec le système de refroidissement des détecteurs de canaux infrarouges de l’ABI (13 sur les 16), celui-ci peut tout de même prendre des clichés assez impressionnants de la Terre grâce aux canaux non concernés par le dysfonctionnement.

Toujours en phase de test, le satellite sera pleinement opérationnel en 2018. La NASA et la NOAA ont investi 11 milliards de dollars pour remplacer la flotte actuelle de satellite GOES, qui n’a pas connu de modernisation majeure depuis 40 ans.