NASA : le rover Curiosity a identifié de nouvelles molécules organiques sur Mars

Espace

Par Anne Cagan le

Le rover Curiosity a apporté à la NASA des informations importantes concernant la planète rouge. En plus d’avoir découvert de nouvelles molécules organiques, l’appareil a mis en évidence que la quantité de méthane présente dans l’atmosphère martienne variait en fonction des saisons.

Crédit : NASA/JPL-Caltech/MSSS

Comme à chaque fois que la NASA programme une annonce importante concernant la planète Mars, les spéculations vont bon train. Les scientifiques auraient-ils découvert une preuve irréfutable de vie sur la planète rouge ? Mettons tout de suite fin au suspens : non. Cela ne veut pas dire pour autant que les équipes sont revenues les mains vides, bien au contraire.

Des molécules fréquemment associées à la vie

Curiosity a en effet apporté plein d’informations évoquant la vie même si elles ne permettent pas d’affirmer avec certitude sa présence passée ou actuelle sur Mars. Le rover a tout d’abord découvert de nouvelles molécules organiques en forant dans les roches sédimentaires du cratère Gale. Une découverte intéressante, car les molécules organiques sont fréquemment associées à la vie.

Crédit: NASA’s Goddard Space Flight Center

Elles peuvent néanmoins être créées par des processus qui ne sont pas biologiques et ne sont, de ce fait, pas nécessairement des indicateurs de son existence.

“Avec cette nouvelle découverte, Mars nous dit de rester dans la course et de continuer à chercher des preuves de vie”, estime cependant Thomas Zurbuchen, administrateur adjoint du directoire de la mission Science de la NASA.

Cette nouvelle découverte consolide du reste l’inventaire de molécules détectées sur Mars. Si en 2013, l’outil d’analyse d’échantillon de Curiosity (SAM) avait repéré des molécules organiques contenant du chlore, il a cette fois révélé la présence de thiophène, de benzène, de toluène et de petites chaînes carbonées telle que le propane et le butène.

Un cycle du méthane

Curiosity n’a pas déterminé la source des molécules organiques”, indique Jen Eigenbrode, du centre des vols spatiaux Goddard de la NASA. Qu’il s’agisse d’une trace de vie passée que cela ait servi de nourriture à des éléments vivants ou que cela ait existé en l’absence de la vie, la matière organique dans les composants martiens détient des indices chimiques sur les conditions et les processus à l’oeuvre sur cette planète.”

La NASA a dévoilé une autre avancée importante réalisée grâce à Curiosity : la découverte de variations saisonnières de la quantité de méthane présente dans l’atmosphère martienne. Ce méthane pourrait avoir été produit par des réactions géochimiques entre l’eau et les roches martiennes mais les scientifiques n’excluent pas l’hypothèse d’une origine biologique.

Crédit: NASA/JPL-Caltech

Du méthane avait déjà été détecté dans l’atmosphère martienne mais comme le note Chris Webster de laboratoire Jet Propulsion de la NASA : “C’est la première fois que nous observons un schéma qui se répète donc cela nous fournit des indices utiles à notre étude.

“Nous sommes sur la bonne piste”

Alors, y a t-il des signes de vie sur Mars ? “Nous ne savons pas mais ces résultats nous disent que nous sommes sur la bonne piste” a conclut Michael Meyer, responsable scientifique du Programme d’exploration de Mars de la NASA. L’arrivée du rover Mars 2020 de l’agence spatiale américaine et du rover ExoMars 2020 de l’agence spatiale européenne (ESA) pourrait apporter de nouveaux éléments de réponse.

En plus de son rover, la mission Mars 2020 embarquera un mini-hélicoptère

 

Source: NASA