Festival VR Arles, lorsque la réalité virtuelle rejoint le cinéma

Evénement

Par zecastor le

Depuis le 2 juillet et jusqu’au 26 août, le VR Arles Festival a ouvert ses portes à tous les curieux du numérique. En parallèle des “Rencontres de la photographie” qui ont lieu au même moment, il est possible pour les visiteurs d’aller découvrir quelques perles de réalité virtuelle, sélectionnées à travers le monde par les organisateurs.

Dans le cadre exceptionnel et ombragé du couvent Saint Césaire, vous pourrez découvrir de nombreuses œuvres cinématographiques complètement orientées pour profiter pleinement des avantages de la réalité virtuelle.

Un succès croissant pour une sélection internationale

Il s’agit là de la 3ème édition du Festival VR Arles, et le moins que l’on puisse dire, c’est que son succès est grandissant d’année en année. 35 000 personnes ont pu découvrir un nouvel usage de la technologie en 2017, et ce nombre sera sûrement dépassé cette année.

De même, si la réalité virtuelle n’est pas encore pleinement démocratisée parmi les foyers français, Benoît Baume, le fondateur du festival (et aussi président de la rédaction pour Fisheye, le magazine de photographie) constate une nette progression du nombre de visiteurs ayant déjà pu pratiquer de la réalité virtuelle (que ce soit dans un cadre ludique ou de spectacle), ce qui montre aussi l’appétence du public pour ce nouveau type de média.

Pour cette édition, plus de 20 films ont été sélectionnés afin d’être diffusés durant le festival. Provenant de tous les horizons et de nombreux pays, ces oeuvres sont aussi de natures extrêmement variéses. En outre, 4 films sont présentés spécifiquement pour les enfants ou le jeune public, afin de leur proposer un premier aperçu de ce que peut être la réalité virtuelle.

Du documentaire à l’oeuvre interactive

Le public peut ainsi découvrir des documentaires immersifs, tel que “700 requins” dans lequel le spectateur est complètement immergé, en suivant une équipe de tournage, à la découverte d’un banc de requins dans un atoll en polynésie française.

On y trouve aussi de véritables oeuvres cinématographiques, qui traitent par exemple du rapport à la mémoire, comme la création du portoricain Angel Manuel Soto “Dinner Party”. Inspirée d’une histoire vraie, ce film raconte la manière dont Betty et Barney Hills tentent de se souvenir d’une expérience d’enlèvement par extra-terrestres dont ils ont été victimes.

En parallèle, nous pouvons aussi assister à des spectacles plus interactifs, comme c’est le cas de Treehugger : Wawona. Ce dernier a d’ailleurs reçu le prix du meilleur film parmi la sélection. Oeuvre contemplative et interactive, le spectateur est transporté en pleine nature, dans le cycle de vie d’un arbre. Il pourra y voir les racines se nourrir, l’eau voyager de la base vers les branches les plus hautes, tout en participant à ce cycle et en manipulant les flux grâce au tracking offert par la réalité virtuelle. Accompagné par un système haptique de vibration, c’est tout un univers immersif qui s’offre ainsi au spectateur.

La technologie au service de l’immersion

Pour la seconde fois, Intel est partenaire du festival VR Arles. C’est cette société qui a mis en place les 20 postes différents utilisés pour faire tourner la VR (Virtual Reality), avec notamment les boîtiers Nuc. D’une taille de 10x10cm, il s’agit du plus petit PC au monde permettant de faire tourner de manière fluide une expérience en réalité virtuelle.

On retrouve sur les postes de visionnage les casques incontournables liés à cette technologie : Occulus et HTC Vive. On notera tout de même la préférence des organisateurs pour le Vive concernant tout ce qui peut inclure du déplacement au sein d’une expérience en réalité virtuelle.

Lieu : Arles, Couvent Saint Césaire

Dates : du 2 juillet au 26 août

Site : https://www.vrarlesfestival.com/