Bethesda interdit la revente d’un jeu d’occasion et menace de poursuites

Jeux-Video

Par Elodie le

L’éditeur s’attaque-t-il aux jeux d’occasion vendus sur différentes plateformes ? Un américain de Philadelphie s’est vu menacer de poursuites s’il ne retirait pas de la vente son exemplaire de The Evil Within 2 proposé sur la Market Place d’Amazon. Bethesda a depuis officiellement réagi.

Avec des titres frolant souvent les 70 euros à leur sortie et que l’on finit en quelques jours ou semaines, le marché de l’occasion est régulièrement alimenté pour financer les prochains achats de jeux vidéo. En toute légalité. Oui, mais. Bethesda ne l’entend pas ainsi.

Un américain lambda l’a appris a ses dépens et s’est confié à Polygon concernant sa mésaventure. Détenteur d’un exemplaire PS4 de The Evil Within 2, neuf, jamais utilisé et toujours sous emballage, Ryan Hupp a décidé de le mettre en vente sur la Market Place d’Amazon. Peu de temps après, il reçoit un courrier du cabinet juridique de Bethesda (Vorys) lui demandant de retirer son annonce sous peine de régler le litige devant les tribunaux. Dans sa missive, Vorys estime que Hupp n’est pas « un revendeur agréé », la vente est donc entachée d’ « illégalité ». En outre, la mention « new » (“neuf” ou “nouveau” en VO) présente sur l’annonce est considérée comme une « publicité mensongère » pour Bethesda.

Publicité mensongère

À Polygon, le particulier explique que la revente de produits de seconde main (livres, jeux vidéo, DVD, etc.) est protégée par la loi américaine dite First Sale Doctrine. Celle-ci permet en effet aux consommateurs de revendre un jeu à condition qu’il n’ait pas été modifié de manière significative par rapport à sa forme d’origine.

Si la démarche de Bethesda peut paraître zélée, l’éditeur de Rockville (Maryland) s’est récemment justifié :

« Bethesda ne bloque et ne bloquera pas la vente de jeux d’occasion. Le problème dans cette affaire est que le vendeur a présenté le jeu d’occasion comme ‘neuf’ sur le Marketplace d’Amazon.
Nous ne permettons pas les revendeurs non agréés à qualifier un jeu en vente de neuf, car nous ne pouvons pas vérifier qu’il n’a pas été ouvert et reconditionné. C’est ainsi que nous essayons de protéger les acheteurs contre la fraude et garantir que nos clients reçoivent toujours un produit authentiquement nouveau, avec tout son contenu et la garantie intacte. Dans le cas présent, si le jeu avait été listé comme ‘
d’occasion‘, cela n’aurait pas été un problème. »

Bethesda menace Hupp de poursuites judiciaires s’il ne retire pas le jeu de l’éditeur de sa vitrine en ligne. Une telle action entraînerait une demande de « restitution des bénéfices, des dommages et intérêts compensatoires, les honoraires d’avocats et les frais d’enquêtes » notamment.

À savoir si l’ensemble des jeux vidéo Bethesda vendus en seconde main contiennent ces garanties… Dans le cas inverse, la quasi-totalité du marché de la revente pourrait être considéré comme illégale d’après les arguments de l’éditeur.