Un portrait peint par une IA s’est vendu 60 fois plus cher que son estimation

Au XVIe siècle, Léonard de Vinci peignait ce qui est encore aujourd’hui l’un des tableaux les plus réputés au monde, La Joconde. Sur la toile, un visage familier retranscrit avec le talent d’un artiste adulé par beaucoup. En 2018, c’est pourtant l’œuvre d’une intelligence artificielle qui fait la une des médias, et il faut bien avouer que la performance intrigue.

Crédit : Obvious / Christie’s

Une IA talentueuse

C’est chez Christie’s, à New York que le portrait d’Edmond de Belamy a trouvé preneur. Une œuvre qui semble dater du XVIIe siècle mais qui a en réalité été entièrement réalisé par une intelligence artificielle créé par un collectif d’art parisien.

Les trois programmeurs, Hugo Caselles-Dupré, Pierre Fautrel et Gauthier Vernier, ont ainsi programmé une IA à laquelle ils ont présenté plus de 15 000 peintures réalisées entre le XIVe et le XXe siècle. À partir de ces données, le réseau neuronal a alors recréé une nouvelle image qui a finalement donné le Portrait d’Edmond de Belamy.

La peinture a fait fureur. Présentée avec une estimation de 7 000 dollars (6 100 euros), l’œuvre a été adjugée pour 432 500 dollars (380 00 euros). L’acheteur, qui n’a pas souhaité dévoiler son identité, a donc été convaincu par ce portrait hors du commun. Dans une interview accordée à nos confrères de FranceInfo, les membres du collectif Obvious, créateurs de l’intelligence artificielle expliquent que « l’intelligence artificielle peut être créative. Cela vient de la façon dont on forme l’algorithme : on l’oblige à créer un visuel inédit, qui ressemble à un portrait. Cela peut être interprété comme de l’imagination, mais c’est une question de perspective ».

Pourtant, à en croire les propos d’Hugo Caselles-Dupré, il n’y a rien d’extraordinaire dans cette performance artistique : « On a récupéré une méthode qui existait déjà pour monter un projet créatif. Notre objectif est de vulgariser et diffuser les solutions d’intelligence artificielle. C’est pour cela qu’on a cherché à obtenir un résultat plutôt réaliste, pour que cela soit intelligible. »

Quoi qu’il en soit, la peinture a plus que convaincu. Exposé aux côtés d’œuvres réalisées par Andy Warhol ou Louise Nevelson, le Portrait d’Edmond de Belamy a rapidement attiré tous les regards et s’est vendu plus de 60 fois son estimation originale. Une vraie performance.