Mars: Les premiers humains pourraient être envoyés sur la planète rouge dans 25 ans

Science

Par Mathieu le

C’est un petit pas pour l’Homme, mais un grand pas pour l’Humanité. Et si on entendait, à nouveau, cette phrase dans 25 ans ? C’est une réelle possibilité à en croire les propos de Tom Jones. La NASA envisagerait d’envoyer les premiers astronautes sur Mars d’ici là. Mais il reste quelques problématiques à régler avant cela.

Voir un être humain poser le pied sur la planète rouge, de nombreux longs-métrages l’ont imaginé. Mais ce n’est encore qu’un rêve pour la NASA. Enfin, un rêve accessible. En effet, l’astronaute à la retraite Tom Jones prédit que l’agence spatiale américaine devrait envoyer les premiers humains sur Mars dans un futur proche. Le problème, c’est qu’il faut régler quelques soucis majeurs et notamment le fait que les personnes envoyées devront résister « à des radiations mortelles, des potentielles pertes de vision et à l’atrophie des os ». Mais pour Tom Jones « avec le budget actuel, ou un budget un peu augmenté, cela prendra 25 ans pour régler ces problèmes ».

C’est donc vers 2043 qu’on devrait pouvoir envoyer des hommes et femmes sur Mars. D’ici là, la NASA devra trouver des solutions fiables pour empêcher par exemple l’apesanteur d’altérer les vaisseaux sanguins dans la rétine ou la perte de calcium dans les os lors de voyages trop prolongés dans l’espace. C’est surtout la durée du périple qui devra être revue puisqu’on estime qu’il faut environ neuf mois aux engins actuels pour parcourir la distance entre Terre et Mars.

Crédit: NASA/JPL-Caltech/Cornell/Arizona State Univ.

InSight devrait donner quelques réponses

« Il faut que l’on commence dès maintenant à se concentrer sur certaines technologies clés », a expliqué Tom Jones. Et pour cet ancien astronaute, la solution est simple : il faut créer des systèmes de propulsion nucléaire pour raccourcir le temps de voyage. L’américain explique aussi qu’il est nécessaire de trouver une solution au problème des radiations, car « un astronaute en absorberait autant que durant l’intégralité de sa carrière. Or, nous n’avons pas encore la solution en matière de protection des rayons cosmiques et des éruptions solaires » affirme-t-il. La NASA travaillerait déjà sur des technologies permettant de réduire les risques.

Envoyée le 5 mai 2018, la sonde InSight, créée par l’agence spatiale américaine, doit se poser le 26 novembre prochain sur la planète rouge. Elle permettra notamment d’étudier la structure interne de Mars pour mieux comprendre comment se forment les planètes rocheuses du système solaire.

Mars : Le rover ExoMars pourrait être envoyé près de l’équateur de la planète rouge pour y dénicher de la vie