Le nouveau responsable de la cybersécurité au Japon n’a jamais touché à un ordinateur de sa vie

Sécurité

Par Mathieu le

Peut-on avoir la charge de la cybersécurité d’un pays entier tout en n’ayant jamais touché à un ordinateur de sa vie ? Au Japon, oui. Yoshitaka Sakurada, le nouveau Ministre japonais de la Cybersécurité en est le parfait exemple et son cas choque autant qu’il prête à sourire.

La photographie originale réalisée par Rama  (Wikimedia Commons) a été modifiée par la rédaction JDG. 

Convaincu de ne pas être en faute

« Ce manque d’expérience dans le milieu informatique n’a pas d’impact négatif sur mon travail », affirme Yoshitaka Sakurada, qui a été élu ministre de la Cybersécurité le mois dernier après la réélection du Premier Ministre Shinzo Abe. « Depuis l’âge de 25 ans, je donne mes consignes à mon équipes et mes secrétaires. Je n’ai jamais utilisé d’ordinateur de ma vie » a-t-il déclaré lors d’une audition avec des législateurs japonais retranscrite par le site Kyodo News.

Yoshitaka Sakurada, 68 ans, aura un rôle très important à jouer lors des prochains Jeux Olympiques de Tokyo, prévus en 2020, puisqu’il devra superviser et préserver la sécurité informatique du Japon qui sera au centre de l’attention pendant plusieurs semaines. Lorsqu’un législateur a manifesté sa surprise de voir que quelqu’un qui occupe cette fonction n’ait jamais utilisé d’ordinateur de sa vie, Sakurada a rétorqué : « C’est une question qui devrait être traitée par le gouvernement dans son ensemble, mais je suis convaincu de ne pas être en faute ».

Lorsqu’un législateur a demandé si les centrales nucléaires utilisaient des clés USB, l’homme a répondu : « Je n’en ai aucune idée, il faut demander aux spécialistes en mesure de répondre à cette question ». Sur des sujets aussi importants, Yoshitaka Sakurada préfère ainsi passer par des spécialistes alors qu’il est censé en être un lui-même. Pas étonnant donc que sa nomination fasse jaser au pays du soleil levant, qui accorde pourtant beaucoup d’importance à sa sécurité.