Ce steak végétal imprimé en 3D semble être en plastique

Science

Par Corentin le

Pour pouvoir continuer à manger des burgers, faire face à la croissance de la population mondiale , tout en évitant la maltraitance animale et en respectant la planète, la start-up Novameat a développé un steak végétal imprimé en 3D. Bientôt dans nos assiettes ?

Steak végétal imprimé en 3D

Vous vous souvenez du film “L’aile ou la Cuisse” avec Louis de Funès ? Vous savez, ce film où du plastique est transformé en légume par une imprimante ? Nous y sommes presque.

Imprimer de la nourriture, une réalité

Une start-up espagnole du nom de Novameat a la ferme intention de mettre sur le marché un steak d’un tout nouveau genre, reconstitué à partir de matière végétale. Concrètement, ce steak imprimé en 3D est principalement constitué de riz, de pois et d’algues.Le fondateur de la start-up, Giuseppe Scionti, explique qu’il était initialement chercheur postdoctoral en génie tissulaire et professeur adjoint à l’université UPC de Barcelone.

L’homme a été convaincu par les avantages d’une nourriture d’origine végétale. Selon lui, il y en a trois : l’éthique (absence d’abattage des animaux), la santé (par exemple avec l’absence de cholestérol) et l’écologie, car l’élevage animal requiert d’énormes quantités d’eau et de nourriture, et génère une production de gaz à effet de serre plus importante.

L’objectif était donc de fabriquer un steak végétal en utilisant des ingrédients courants de l’agriculture et dont l’impact environnemental serait le plus faible possible. Les ingrédients sélectionnés (riz, algues et pois), sont transformés en une pâte spéciale, avant d’être imprimé en steak cru. On peut supposément le faire à une vitesse de plus d’un quart de livre à l’heure.

Pas certain que le résultat final soit appétissant, mais c’est pour sauver la planète, on peut toujours essayer. Et qui sait, peut-être que ça a bon goût ? Sur ce point, si la start-up affirme avoir réussi une partie de son objectif – à savoir faire un steak ayant la même texture, la même consistance, et la même apparence qu’un vrai steak de bœuf- Scionti concède : “Il n’est pas simple d’obtenir des produits capables d’imiter simultanément la texture, l’apparence, le goût et les propriétés nutritionnelles de morceaux spécifiques de viande fibreuse. Ce sera l’objectif principal de Novameat.” Ensuite, la start-up a bien évidemment pour but d’augmenter la production et de vendre son steak imprimé sur le périmètre le plus large possible.