USA/Chine : Donald Trump estime que les Américains peuvent payer leurs iPhone 10% plus cher

Business

Par Henri le

Les relations économiques entre les États-Unis et la Chine ne sont pas au beau fixe. Et la menace de l’augmentation des taxes sur les biens d’importation n’arrange rien.

Donald Trump s’apprête à rencontrer le président chinois Xi Jinping au G20 pour parler d’affaires internationales, mais aussi de business. Et les discussions devraient être tendues. Depuis un moment, le président nord-américain menace la Chine d’une mise en place d’une augmentation des taxes à l’importation. Cette dernière pourrait en effet s’appliquer sur environ 200 milliards de dollars de biens venus de chine. Et ce n’est qu’un début.

L’administration Trump était restée compréhensive jusque-là, notamment avec les plus grosses entreprises américaines fabriquant en Chine. C’était le cas pour les iPhones d’Apple, mais aussi pour des marques comme Bose, FitBit ou Sonos. Mais cette clémence pourrait bientôt être un lointain souvenir.

Le Wall Street Journal indique qu’une nouvelle taxe pourrait bientôt s’appliquer sur tous les produits importés, même les smartphones de la firme de Cupertino. Et l’augmentation serait loin d’être anodine puisqu’elle pourrait s’élever entre 10% et 25%.

Crédits : Michael Vadon / Wikimedia Commons

Voilà qui pourrait sérieusement faire gonfler l’addition pour des produits déjà considérés comme onéreux. Selon Trump, les américains ne seront pas forcement dérangé par cette augmentation. Interrogé sur une possible gronde des clients, il est resté stoïque.

“Peut-être. Cela dépend du taux que l’on applique. S’il est de 10 %, les gens pourraient supporter cela très facilement.”

Cette taxe, qui concernerait 267 milliards de produits chinois importés encore non taxés, est un levier non négligeable pour Trump dans la guerre commerciale qui l’oppose à Jinping. Le président américain veut en effet que le marché chinois s’ouvre plus à la concurrence.

«Le seul deal [acceptable] serait que la Chine s’ouvre à la concurrence [des produits américains]»

Les deux chefs d’État se disent prêts à négocier, mais Trump estime qu’un changement de ses plans est « hautement improbable ». Face à l’inquiétude des entreprises américaines, le président conseille aux grands patrons « de construire des usines aux États-Unis et de fabriquer leurs produits ici ». Ce n’est certes pas absurde de vouloir faire revenir des industriels sur le territoire, mais c’est aussi plus facile à dire qu’à faire.