Spotify refuse d’augmenter les royalties des artistes, la polémique gronde

Business

Par Henri le

Spotify représente une importante part de marché du streaming musical. Mais la firme va prendre le risque de partir au bras de fer avec ses propres artistes.

Le streaming audio s’est imposé en quelques années et a bouleversé le commerce et la consommation musicale dans de très nombreux pays. Elle a aussi changé la façon dont beaucoup d’artistes sont rémunérés. Ces derniers ne touchent plus de profits issus de la vente de disque, mais des royalties indexées sur les écoutes de leurs musiques.

Un business model qui ne convient plus à une partie d’entre eux. C’est dans cette optique que la Copyright Royalty Board (CRB), qui s’occupe de reverser les sommes aux artistes, a décidé d’augmenter les redevances de 44% sur cinq ans.

Une nouvelle accueillie froidement par Spotify, mais aussi Google, Amazon et Pandora. Les firmes en question ont directement fait appel de cette décision, en refusant de verser une telle augmentation des royalties aux ayants droit.

Étant donné que Spotify représente la tête de file de ce refus, de nombreux artistes ont invectivé la plateforme sur les réseaux sociaux. C’est par exemple le cas du compositeur Justin Tranter, qui a notamment officié pour Justin Bieber ou Ariana Grande.

« Pour la première fois en 110 ans, les auteurs-compositeurs perçoivent une augmentation des redevances en fonction de l’évolution du secteur de la musique au cours de cette période, et c’est ainsi que réagissent les entreprises de technologie. Wow. »

On remarque qu’Apple n’a pas encore fait appel de cette décision. La firme de Cupertino fait très attention à son image et n’a peut-être pas voulu être associée à la polémique. Elle pourrait même se servir de cette dernière pour attirer quelques talents en exclusivités sur sa plateforme.