L’Etat interdit la destruction des invendus non-alimentaires

politique

Par Antoine le

Les invendus électroménagers, textiles, et les produits d’hygiène et de beauté ne pourront bientôt plus être détruits. Édouard Philippe a annoncé mardi qu’ils devront être recyclés ou donnés.

Un entrepôt logistique - Pixabay

Les responsables d’Amazon France ont certainement les oreilles qui sifflent. Dix jours après des élections européennes dont les écologistes sont sortis la tête haute, l’heure semble toujours être aux bonnes résolutions. Les Échos annoncent que dans les deux à quatre prochaines années, les pratiques pour lesquelles l’entreprise de Jeff Bezos avait été épinglée par Capital seront interdites. Plus question de jeter frigos, tissus et autres cosmétiques non périssables : tout devra désormais être recyclé, ou donné. Une victoire pour la Secrétaire d’État à la Transition Écologique et Solidaire Brune Poirson, qui s’était dite “choquée” et “outrée” en janvier,  après révélation des faits.

Difficile de croire qu’Amazon n’ est pas directement ciblé par cette loi qui remet en cause ses pratiques. En effet, l’entreprise américaine avait invoqué le prix de la TVA, et la non-viabilité économique des solutions de valorisation des déchets pour justifier sa politique de destruction des invendus. Une défense qui n’a pas convaincu le grand public, mais qui a, semble-t-il, achevé de convaincre le gouvernement qu’il fallait prendre le problème à bras le corps. D’après Édouard Philippe, il s’agit d’une première mondiale, pas évidente à mettre en place, certes, mais néanmoins avant-gardiste.

Réaction attendue du côté d’Amazon

Amazon n’a pas encore publié de réaction officielle. Il y a fort à parier que la branche française ait anticipé l’annonce du premier ministre, tant le tollé avait été important après la diffusion de l’enquête en question. Pour autant, l’entreprise n’a pas de temps à perdre et va devoir trouver un moyen de restructurer toute sa logistique pour trouver une seconde vie aux millions de produits invendus qu’elle a pris l’habitude de détruire chaque année.

Reste à voir comment Amazon France réagira. D’après le panéliste Kantar cité par les Échos, le groupe pèserait 6,6 milliards d’euros de chiffre d’affaire en France en 2018, ce qui en fait le premier acteur du e-commerce en France avec 17,3% de parts de marché. L’activité d’Amazon France représenterait environ 11,5% de son chiffre d’affaire mondial ! Difficile dans ces conditions d’imaginer une empoignade entre Amazon et les autorités françaises, les deux étant devenus très interdépendants. Il conviendra donc de guetter la réaction d’Amazon, et d’observer comment ils prévoient de se mettre en conformité avec cette nouvelle loi.